1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 22:14

J'allais dire éternel et puis je me ravise.Faut-il que la sincérité s'oppose à la justesse.Alors s'il est un mot juste,un mot  fort à mon amour pour toi:indestructible est celui-là.Toi la belle ,la fugace ,l'insaisissable ,celle que je dois sans cesse conquérir!Et quand je touche enfin la jouissance,tant de pièges tendus pour que je te délaisse ...Oh je ne me leurre pas.Tu ne seras jamais ma régulière;mon soleil insoumis aux caprices des temps.Bien souvent en ton nom moi aussi j'ai défié les nuages,déclaré des orages et risqué de te perdre.Mais pour toi s'il fallait ,dans la rue,sur le champ,dans la nuit et dans le brouillard ,ô liberté chérie, je marcherais au front .  

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 00:00

La portière passager s'ouvre .Une voix douce m'invite à monter ."Tu vas où", me demande l'homme."Je rentre à Brest.Je suis allé jusqu'à Morlaix à vélo.Mais j'ai du l'abandonner ".Tandis que nous roulons il me questionne sur mon âge .Je ne saurais dire la distance parcourue lorsque sa main droite se pose à l'entrejambe de mon short."T'en as une balaise!Tu as déjà bandé"?Tétanisé ,je suis tétanisé.Jamais entendu parler de ce genre de connerie.Un camarade de classe m'avait bien évoqué les rendez-vous homosexuels au Cours D'Ajot.Mais pour moi il s'agissait de drôles de types avec un imper ,un béret basque vissé sur la tête et des lunettes à double foyer, comme cet individu que je croisais dans le bus,et qui me faisait si peur .Oh il y avait eu cet instituteur,celui-là même qui me qualifiait de rougeaud et qui me retenait à la récréation,me prenant sur les genoux pour mieux me chatouiller (mon frère m'appris quelques décennies plus tard,qu'il avait subi les mêmes palpations).

-C'est bien plus tard que la pédophilie fut révélée au grand public .Chez moi nous ne parlions jamais de ces choses là (si ma mère s'inquiétait de sévices éventuels ,c'était uniquement pour mes sœurs )et hélas bien que porté à lire des bouquins sulfureux,jamais cette saloperie n'y fut évoquée.C'est donc mon innocence qui fut cueillie en cet après-midi estival.

"Tu as soif ?On va s'arrêter".En effet il gare la camionnette devant un petit café .Nous entrons.Il parle au patron comme si de rien était.Péquenot dans sa blouse de coton bleu;je n'oublierai jamais sa gueule de con,rougeaude elle aussi .Je ne pense même pas à fuir.Mon cerveau est comme éclaboussé de merde et cette merde je la partage avec ce goret .Jamais je ne pourrai raconter cela à ma mère ...IL me lâche à Landerneau;un nom qui restera longtemps maudit dans ma mémoire.Jamais plus ...Je tuerais tout prédateur ...Très tard ,je suis rentré très tard avec mon secret .Un automobiliste ,celui-là tout à son volant m'avait ramené aux portes du bercail.Je ne suis  désormais plus un agneau,mais un lion prêt à bondir !

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 22:12

Mes nombreuses lectures m'ont souvent en termes d'aventures,comblé,et convaincu que les voyages forment la jeunesse.Aussi prendre la route seul en quête d'évasion et sensations fortes est pour moi une évidence.Je roule,je roule,je descends,je grimpe.Quand je grimpe,alors que mes poumons brûlent,que mes mollets peinent à entrainer le plateau,je pense à Fédérico Bahamontès (l'aigle de Tolède)qui avec courage dénouait les lacets.Quand je dégringole la peur au ventre, j'endosse le maillot jaune de Jacques Anquetil.Dans ma prétention juvénile, j'opte souvent pour un gros braquet.J'aime arracher !J'ai enroulé la RN 12 de Brest à Morlaix en passant par Landerneau ,Landivisiau puis St Thégonnec.Soixante kilomètres de réflexion ;me voilà sous le viaduc!Je suis écarlate.Rougeaud dirait mon frère aîné avec son ironie coutumière.Rougeaud ainsi m'avait nommé des années plus tôt un instituteur imbécile qui à tous deux faisait classe.Je m'étais suite à une malheureuse expérience culinaire brûlé la joue gauche.Le beurre roussissant dans la poêle,j'avais sans précaution jeté un steak.L'éclaboussure me fit une belle tâche cramoisie!Moi qui rougissait, tant à l'effort,qu'à l'émotion n'y couperai donc plus.Rougeaud !Rougeaud !Pour ce jour je m'en fous.Là sous l'imposant viaduc je m'incline.Bien sûr la rage ne m'a pas quitté;trop d'années d'invectives et de blessures,de piques et de rabaissements jusqu'à ce coup de balai sur le dos .Mais la raison me parle.IL faut que je rentre.L'ardeur ,que dis-je la fureur qui motivèrent mon départ se sont diluées dans l'effort .Et c'est mollement que je pédale .Je suis à la dérive .Moi qui me prenais pour un certain Tarsiguel ,un champion local que j'allais applaudir sur le circuit de Kérangoff.Ah j'ai l'air malin à me dandiner sur ma monture d'acier.Je souffle,je crève !Et merde !Pied à terre ,je jette mon vélo au fossé.Beaucoup de jeunes font de l'auto stop .Pour la première fois je lève le pouce .Les voitures sont rares ,elles poursuivent leur route .La marche ne me fait pas peur .Et bien j'ai du marcher plusieurs bornes lorsque une "estafette" bleue s'arrête ...

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 19:44

Ma mère me tend une lettre .Le vélo que j'ai abandonné dans la côte près de Guiclan a été récupéré par un curé.La plaque gravée,en évidence sur la potence du guidon ,l'a renseigné:nom et adresse.J'irai donc avec mon oncle Prigent qui possède un fourgon reprendre ce splendide demi-course que j'aimais tant,mais que mes jambes ne pouvaient plus propulser .Je n'étais pas peu fier le jour ou je pus après bien des cris et des pleurs poser mes fesses sur cette machine symbole de liberté.Je m'étais en effet cassé le bras lors de mon séjour au mois de mai à l'hôpital,et au collège un geste malencontreux lors d'un match de basket provocant une intense douleur dans l'avant bras droit à peine remis m'avait forcé durant une semaine avant la permission maternelle d'enfourcher l'objet de mes désirs, à une malsaine contemplation!Me faire la belle,en l'occurrence à l'instar de mes idoles du tour de France,une échappée en solitaire,ainsi en avais-je décidé un beau matin de juillet ! Pour me prouver malgré un souffle souvent défaillant ,que je pouvais, par monts et par vaux ,tailler  la route ...Mais il faut bien que je l'avoue,cette escapade ne fut en fait qu'une fugue avortée!Levé tôt ,petit déjeuner pris,bien décidé à mettre de la distance entre moi et le tyran domestique.J'ai bientôt treize ans;l'enfant rebelle est depuis quelques mois, exalté,d'orgueilleuses érections en coupables masturbations ,il se cherche .Désormais je tiendrais tête et pas seulement en paroles ...

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 22:22

Le visage poupin ,on devine  sous une cascade de boucles blondes,l'œil bleu d'ennui.La démarche nonchalante,le pas traînant du looser,il promène son chien ;une sorte de griffon bâtardé à l'occasion.A le voir débonnaire ,un peu enveloppé genre gros bébé à sa maman, pas besoin de confessions .Il est transparent ,rase les murs et ferme sa gueule quand le cake du quartier avec ses "crabes" et sa gonzesse le chahute un peu,histoire de...Le poing serré dans la poche ,non pas pour la bagarre,la boule de chit lui coute cher, alors...Il fréquente une jeune brunette assez jolie qui vit seule avec sa mère, sans beaucoup de repères .Deux paumés jetés dans un tourbillon trop violent pour eux,la seconde zone leur échoit .Faites pas chier les enfants ,les petites combines,les soirées arrosées,la baise dans les caves,ce n'est pas pour vous!Il leur faudrait presque une permission pour s'embrasser;car ils s'aiment tendrement.Ils rêvent d'évasion;déchirer le voile gris de la cité,peindre du beau.La ferveur des idéalistes,les couleurs de leur naïveté.Ils étaleraient leur vie sur la toile rêche d'un quotidien qui les emmerde .Deux colombes dans un nid d'aigle.Le seul point commun c'est la "beu".Il faut bien se fournir et cracher au bassinet.Gare à l'entourloupe,la maison ne fait pas crédit;du cash,sinon ...Mickael ,il s'apelle Mickael .Ce soir il a rendez-vous avec Franck son fournisseur.Dans une impasse calme et fleurie pas loin du boulevard de Plymouth.Le jeune homme l'attend ,assez remonté(300 francs d'arriéré)Mick s'approche.Il est tendu,ce que remarque instantanément son créancier."Pas de chichi,t'as le pognon"?Le frisé tremble,euh...non."Tu te fous de ma gueule,je vais t'en mettre une"!Le geste est aussi fulgurant qu'inattendu ...Un couteau planté en plein cœur...Le petit dur s'écroule les yeux étonnés.Comment ce gros tas de merde rampant ...L'assassin s'écroule à son tour;ses larmes sont sincères,c'était presque un ami .Tout s'obscurcit.Le tableau sera noir ,noir comme la misère.

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 20:19

L'étrangère de Dieppe ,une blogueuse s'essayant elle-même à la peinture,bien qu'elle s'inspirât plus de Vuillard,me fit connaître les étonnants "ciels" d'Eugène Boudin .Comme nombre de profanes ,si les grands noms de l'impressionnisme et quelques autres,célébrés et monétisés, dans un marché de l'art ou l'argent supplée non seulement la réelle appréciation ,mais trop souvent le talent,et dont je ne saurais définir le style ,figuraient dans mon mince catalogue,ce Boudin là ,je n'en avais jamais vu la couleur.Cela dit, en passant ,Michel Onfray ,encore lui ,décidément ...avait parlé d'un artiste n'ayant je suppose  pas totalement admis de produire sa propre merde ,je veux dire ses excréments alambiqués après un parcours de huit mètres .Cet artiste proclamé ,les fesses à peine décollées du pot,eut donc  une idée somme toute "géniale" au regard de l'immense connerie de certains humains fortunés(mais à chacun son quart d'heure de lapin),mettre sa merde en boîte .Et donc il vendit sa merde comme d'autres vendent leur cul .Piero Manzoni ,tel est le nom de ce farceur .D'aucuns diront qu'il y a dans les galeries bien des œuvres à chier, donc avec malice et un certain culot,pourquoi ne pas exposer(en boîte toutefois,l'argent n'a pas d'odeur, la merde si) sans pudeur une merde naturelle .Mais revenons à notre Boudin ,Eugène de son prénom,dont un certain Baudelaire (ce que j'ai appris au musée)fut impressionné par les captures inédites .Voilà sur le toboggan pavé ,rue de L'homme de Bois,une halte place Erik Satie ,plus qu'une envie ,une obligation !Découvrir, là dans son berceau, le maître du  halo fugace, qui rendit grâce au ciel de ses controversés caprices.Il est onze heures bien sonnées;le musée ferme à midi.Sans faire la visite au pas de course,sans pression nous bouclons la boucle. Si comme tout le monde je connais Monet ,Courbet ,je découvre avec délice Jongkind ,Cals ou Dubourg. Duffy  me fait un clin d'œil ,je m'en amuse, candide que je suis .Pour avoir feuilleté ses œuvres sur un modeste calendrier publicitaire,je suis fier de coller ici son nom à un tableau!Très signé ce monsieur! Bien sûr il y a ce calme propice à la communion,mais soyons honnête ,je ne suis pas un grand contemplatif;l'émotion n'en est pas moins incisive.Pas besoin d'avoir fait histoire de l'art pour deviner qu'Eugène Boudin et Jongkind furent précurseurs et  impressionnistes avant l'heure .La fulgurance t'imprime la leçon en force et en couleurs .

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
2 juin 2017 5 02 /06 /juin /2017 13:38

Aujourd'hui nous déjeunons à l'hôtel.Plus cantine que restaurant,mais peu importe.Comme à mon habitude je me suis placé face à la salle,avec vue sur la sortie rien ne m'échappe .Le repas est bien entamé ,nous conversons tranquillement lorsque mon regard est attiré par un individu dont le visage m'interpelle.Quelques mots échangés avec ses compagnons ;quasi instantanément un nom me vient à l'esprit.J'en fais part à ma femme.Elle me dit avoir reconnu sa voix.Ah ,je rigole, comment ce freluquet avec ses maxillaires de lapin a pu mystifier tant "d'honnêtes gens"! Son charisme est celui d'un  hâbleur.Fringué comme l'as de pique,il n'a vraiment pas d'allure.Si je n'avais à la télé pu mesurer sa gouaille ,son immense toupet et je dirais même son audace presque candide,je le jugerais insignifiant et vulgaire .Tandis que l'homme quitte l'hôtel,elle jette un œil par la baie vitrée.Le responsable de l'établissement nous lance :"vous vous demandez si c'est bien lui ?Oui c'est bien lui .Il est né à Honfleur".Ni lui ,ni nous n'avons prononcé son nom .Christophe Rocancourt.Mais n'a t-il pas simplement profité de cet affichage:amour ,gloire et beauté ,qui sévit en Californie et plus universellement chez beaucoup d'individus d'une vénalité réciproque !

 

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
1 juin 2017 4 01 /06 /juin /2017 17:34

Autour du vieux bassin,devant les terrasses entoilées,de volubiles  aboyeurs  nous inciteraient presque à partir en bordée.Ah le beau voyage!Un "moules frites" ou une escalope à la"milanaise"...Nous quittons les quais encombrés pour les ruelles moins fréquentées.Cette ville est truffée de restaurants ,crêperies et autres brasseries,hélas les cartes et menus,bien que la mer irrigue son cœur,ne me mettent pas l'eau à la bouche.Sauf à pulvériser le "nourrain" ,les plats proposés sont d'une affligeante banalité.

Heureusement j'ai gardé mon cuir sur le dos car un petit vent sec racle les couloirs pavés .Marysajane aimerait s'installer enfin et dîner ...au diable la toque étoilée!Remontant  une venelle escarpée nous retrouvons par hasard la  désormais libre place Ste Catherine .Nous délaissons le "Corsaire" et ses fruits de mer,au"Bouchon"l'heure  n'est pas encore à l'embouteillage,nous sommes accueillis sans grimaces .Foie gras et confiture de figues  pour madame ,pour moi une demi douzaines d'huîtres et une sauce à l'échalote que je néglige ,préférant déguster le mollusque dans son jus.Si le vin rouge est mis à l'honneur par quelques véritables crus,le blanc fait figure de parent pauvre;pas de moelleux pour accompagner le foie gras...Et pour le reste,entre le muscadet trop sec et le très honorable Chablis mon choix est évident.Suivront une entrecôte à point et une assiette de rougets en filets,pour l'indispensable dessert nous aviseront.Les huîtres ne trahissent pas le palais,pas comme le bourgogne un tantinet agaçant pour mes "délicates" papilles.Ma compagne semble elle  satisfaite de son entrée.Ah, voilà le"cake"...Bernard Campan,non sans blague,même calvitie,même face à s'excuser d'être né.Dans le doute pour le reste, je m'abstiens .Un couple s'approche.Le patron ouvre la fermeture "Eclair" du barnum :"vous avez réservé"?"Désolé çà va pas être possible".Un sourire ne coûte pourtant pas cher;je présume que son chiffre d'affaires n'en souffre pas car il balance et "remboule" force d'habitude.Je me dit que l'on a eu la chance.Je déteste me faire refouler!  Vingt heures passées.Le serveur qui apporte les plats s'étonne ...Pour madame non pas le poisson ,mais l'entrecôte ! L'homme à la table voisine sort son téléphone portable."Soixante-cinq" informe t-il sa femme,assez fort... et sans préalable je lui renvoie la balle :"c'était couru ".S'en suis une discussion croisée.Il essaie de convaincre ma femme de je ne sais quelle vertu Macroniste et j'entraine ma voisine dans ma vision plus nuancée du verdict des urnes que je juge tronqué. "Pour Macron lui dis-je ;"cela fait bien six mois que le vois dans un fauteuil".Si en deux mille sept une Ségolène médiatisée se fit mettre hors course par une majorité de femmes,son adversaire lui aussi dans la mire creva donc l'écran ,aidé par des  "suffragettes" énamourées.Et voilà qu'une figure nouvelle mise en orbite par la "médiasphère"se verrait bien en Roi Soleil.Gare à la fronde jeune homme.Nous évoquons Bayrou que je trouve cohérent dans son cheminement.Ni judas,ni opportuniste,"En marche" pense t-il lui ouvre un boulevard .Le consensus ,pour lui fut toujours un gage de stabilité du navire.Bien que je ne retienne comme fait d'arme la gifle qui calma un pickpocket en herbe,je ne crois pas qu'il soit un bon petit soldat .Elle évoque Mélenchon et les craintes qu'il lui inspire."J'aurais aimé que l'on fasse tabula rasa.Jean Luc Mélenchon était pour ce faire le candidat idéal",lui dis-je.Puis son mari et moi échangeons plus longuement,trop longuement ...elle s'impatiente et semble t-il le restaurateur aussi .Je demande l'addition,présente mes excuses à la charmante dame:"oui c'est vrai je m'emballe un peu".Ils nous quittent.Nous  leur  souhaitons,Marysajane et moi une excellente soirée. Bernard Campan est soulagé...deux tables se libèrent . 

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 21:00

Deux crêpes tout juste cuites et froides de surcroît ,deux cafés ;vingt euros !Non ,je te jure, ils sucrent bien les fraises !Touriste quand on te tient...Il y a belle lurette que je ne m'émeus plus des notes prohibitives;vexé que je fus dans un café parisien où j'avais invité mon frère à boire une bière (c'était en 78).Le jeune homme que j'étais interrogea le barman sur la note plus que ronde."Vous sortez  de votre ferme"? rétorqua t-il  .

 

 

Petit brestois venu pour la première fois dans la capitale ,non pas pour le tourisme ,mais pour un entretien à l'ambassade d'Australie quelque part près de la gare St Lazare dans une avenue dont le nom m'échappe.Ma femme ,notre bébé et moi fûmes introduits dans un bureau.Le ton fut donné lorsque que  mon interlocuteur suggéra,mon fils manifestant bruyamment son ennui, de le faire sortir .Une série de questions professionnelles auxquelles succédèrent des informations sur les conditions d'accueil eurent vite fait de me faire réfléchir,quitter une situation somme toute stable et pas si mal rémunérée  pour un avenir plus qu'incertain dans un pays dont les représentants ici présents me semblaient sinon hostiles ,du moins sévères et inquisiteurs .Un contrat en poche et tout irait bien ...me disais-je avec optimisme(les billets d'avion seraient payés) ou une entrée sur le territoire à la recherche d'un emploi et là pas de cadeau;un mois dans une baraque dédiée aux migrants,le temps de décrocher un boulot,sinon retour au pays d'origine avec à mes frais  les billets aller et retour . Je songeais soudain à la condition des  immigrés dans notre belle France .Rencontraient-ils les mêmes difficultés à faire leur place au soleil .Le constat fut sans appel !L'exotisme c'est bien pour les touristes.Se retrouver aux antipodes ,et pas seulement géographiques  ...Tant qu'à marcher sur la tête autant le faire chez soi .Faire le pitre j'ai toujours aimé cela,mais devenir une bête de foire ,jamais . C'était le rêve de son mari m'avait dit ma mère;partir travailler en Australie .Les rêves de mon père suite à un accident de la route devinrent des délires .Fracture du rocher m'avait-elle dit ,sans plus d'explications .Mais jamais il ne foula cette terre tant désirée.Ce travailleur infatigable marqué du sceau d'un funeste atavisme repose dans le terreau qui le vit naître.

 

 

Je me suis depuis un peu décrotté,je règle sans broncher,même si parfois j'ai l'impression d'être plus racketté que réellement servi.

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
28 mai 2017 7 28 /05 /mai /2017 22:19

Internet!Voilà donc que ce formidable moyen de communication est par de nombreux internautes eux-mêmes incriminé dans la propagation de l'idéologie islamiste.Comme tout outil ,il peut par une utilisation dévoyée devenir une arme.Sans doute est-il un vecteur accessible à tous ,insinuant d'autant plus facilement sans filtres et sans intermédiaires les messages abêtissants ou subversifs car il parle directement au cerveau primaire .Mais il n'est qu'un moyen et non une cause .Les idéologies quelles qu'elles soient se sont propagées au fil des siècles par le bouche à oreille,le prêche,les paraboles,la littérature,l'endoctrinement plus ou moins violent ,le châtiment ou la récompense.Ventre affamé n'a pas d'oreilles,peut être pris dans un double sens.Mais de quoi donc ont-ils faim?De justice ,de reconnaissance,de revanche ou tout simplement de sensations fortes?Les revendications peuvent être nombreuses,mais aucune justification n'est recevable.Ils exècrent le monde moderne ,toutefois la technologie avancée les sert tous les jours que fait leur dieu .J'écoutais Michel Onfray."Dieu s'occuperait-il de charcuterie" ?Plus le discours est simpliste mieux c'est !   

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou