17 octobre 2017 2 17 /10 /octobre /2017 23:11

Je n'aime pas la nuit ,

L'ours qui danse

Un verre de rouge à la main.

Il fait du bal

Il soliloque ,

Une araignée au plafond.

Je n'aime pas la nuit,

La brique rouge dans mon lit froid.

Ici la nuit c'est festival

Règlements à ok corral .

Le marchand de sable peut bien passer

J'ai les yeux rouges d'enfant sage .

Je n'aime pas la nuit

Le monstre à la porte vitrée,

Les ovnis à la grande ourse,

Les chinois de noir vêtus

Qui nous encerclent à vélo

Et la clocharde à la carriole,

Verte, nous la voyons ainsi

Qui veut nous prendre à maman.

Je n'aime pas la nuit,

Ma mère couchée dans le foin,

Près de la cabane aux lapins .

Je la soulève brin de femme .

Je suis déjà devenu grand.

 

 

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 19:38

Encore une nuit blanche,

Encore une sans rêves

Encore la route dans le noir,

Encore la gorge qui brûle,

Les images qui déroulent,

Cette enfance qui colle au fesses ,

La boule au ventre ,

Le "bismuth" dans l'estomac,

Je me vois quitter le clapier.

La route est large et l'air est pur .

Que m'importe les étoiles

Aucune pour moi n'est la bonne.

Je ne demande pas la lune.

Jamais n'implore le ciel.

Moi j'aime la fille de l'air.

Parfois je la vois sur le pont

Elle danse en équilibre ,

Clin d'œil pour une dernière...

Alors  je refais la route,

Remonte la vieille côte,

Retrouve du cœur au ventre 

Et range dans le marronnier

Les châtaignes d'hier et celles d'aujourd'hui.

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 21:10

Ah cette jeunesse que l'on affiche partout,comme si être jeune était une vertu!Mais cette jeunesse que l'on projette est une jeunesse idéale,sublimée et finalement monotone et insipide.Car enfin cette difficile escalade,de la première bouffée d'air au premier pas chancelant mais prometteur jusqu'à pour beaucoup d'adultes,un semblant d'existence dans un monde ou tout peut à chaque instant nous conduire au tragique,n'est pas une sinécure.Combien s'emploient à une revanche sur leur putain d'enfance,cette enfance qu'ils ont subie comme une camisole .Chaque soir dans leur chambre à se dire :"quand je serai grand"!Mais pourquoi les enfants devraient-ils pour un éventuel bonheur, dans leurs têtes mûrir plus vite que dans leurs petits corps.Alors si la jeunesse n'est pas une période de la vie,mais un état d'esprit,si être jeune c'est aimer vivre,s'émerveiller encore et encore ,si être jeune c'est tracer son chemin sans se retourner sur les casseroles tintinnabulantes d'une enfance qui malgré tout nous a tant bien que mal structuré ,et bien je suis un jeune ,mais un nouveau jeune .Un jeune qui s'est exonéré de la lourdeur de son éducation,un jeune plus révolté qu'il ne fut jamais dans sa jeunesse si abrupte à gravir .Car me voilà libre!Plus libre que jamais .Fini le carcan d'une vie professionnelle pas vraiment choisie.Oh bien sûr,mon enveloppe charnelle n'est plus cette plastique qui me rendait un brin orgueilleux,mais dans mes yeux myosotis se plantent encore des regards juvéniles .Je ne suis donc dans les yeux de ces femmes pas encore vieux .Et cela chasserait s'il en était besoin toutes les nostalgies empoisonnantes !Mais non la jeunesse n'est pas une période de la vie,elle est la vie entière !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
12 septembre 2017 2 12 /09 /septembre /2017 19:12

Aller, roulez roulez jeunesse .La sirène de la fête foraine hurle ,les "Creedence" aussi et la chenille s'ébranle pour un rodéo endiablé .Les filles poussent des cris stridents .Il s'en passe des choses sous la toile ...du baiser le plus chaste à la plus maladroite des fellations ...des langues se délient et des mains s'aventurent, le  zip facile d'une braguette,les  élastiques récalcitrants d'un "panty"aux volants de dentelles ,le tout auréolé de la fumée âcre d'une  marijuana adoptée depuis peu par des pseudos hippies .Et tout le monde se fout bien du lendemain.  Adossé à la structure  du manège, je guette la fille auburn, qui depuis mon intégration  en cours d'année au collège des Quatre -Moulins, me déstabilise.Oh ce n'est pas qu'elle soit belle ,mais bon dieu ses gambettes !J'en suis fou ...Et quand même ses yeux verts,son regard un peu triste ...Moi petit maigrichon,les cheveux  courts, refusant par pure contradiction le jean et les fanfreluches :"pattes d'éph"et autres chemises à fleurs,je m'imagine lui faire de l'effet avec ma voix déjà très mâle pour mon jeune âge .Comme celle de  tous les grands timides, mon audace peut-être surprenante,mais il faudra du temps  pour que je me lance.Pauvre petit gars .Branleur de quinze ans(elle en a 16) ,voilà tout le sentiment que je lui inspire .Je me force à m'endurcir,je veux dire physiquement; hélas contrairement à mon frère éphèbe blond(qui semble bien lui plaire) à la belle moustache, ma barbe tarde à pousser .Dans ma jeunesse,je lui ai demandé :"plus grand ,plus fort"?Je l'avais vue en compagnie de "Ronnie"un vieux looser de quinze ans son aîné,mais sûrement attifé comme elle l'aimait :Veste de daim à franges ,le carré indien noué autour du cou,Rica Lewis et santiags ,sans oublier  le couvre chef incontournable accessoire du "rebelle". Ah mais je me fourvoyais .Un soir sur les dunes d'Argenton ,lors d'une merguez party bien arrosée il faut le dire,je la vis s'échapper dans une canadienne avec un "chérubin"encapuchonné.C'était donc le type de mec qu'elle aimait ...

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 21:24

Tout le monde il est beau ,tout le monde il est gentil.Ce cher Jean Yanne ne manquait pas une occasion d'utiliser une certaine férocité pour dénoncer la vraie férocité,celle  de la société.A chacun son humour.Certains plébiscitent la guimauve et les blagues potaches .Mais il faut à un moment donné,quand la critique se veut sincère,sans concession,basée sur des critères objectifs,poser un diagnostic.Pour tel ouvrage "littéraire" livré en pâture au lectorat majoritairement féminin,avide de frémissements,bien calé sous la couette ou rôtissant sur un transat,peu importerait la justesse des mots,le sophisme profondément planté au cœur ou le raisonnement dévoyé pourvu qu'on ait de la poudre et du feu .Alors quand un individu s'insurge contre les intraveineuses euphorisantes et les lignes trop confuses pour être acides,je dis bravo.Qu'il ausculte ,qu'il sonde ,qu'il autopsie !Qu'il traque le vice ,le mal ,bref qu'il nous fasse un check up .Et tant mieux si çà grince!Je déteste les encenseurs ,les demi sel et les adorateurs du veau d'or !

 

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article
1 août 2017 2 01 /08 /août /2017 22:14

J'allais dire éternel et puis je me ravise.Faut-il que la sincérité s'oppose à la justesse.Alors s'il est un mot juste,un mot  fort à mon amour pour toi:indestructible est celui-là.Toi la belle ,la fugace ,l'insaisissable ,celle que je dois sans cesse conquérir!Et quand je touche enfin la jouissance,tant de pièges tendus pour que je te délaisse ...Oh je ne me leurre pas.Tu ne seras jamais ma régulière,mon soleil insoumis aux caprices des temps.Bien souvent en ton nom ,moi aussi j'ai défié les nuages,déclaré des orages et risqué de te perdre.Mais pour toi s'il fallait ,dans la rue,sur le champ,dans la nuit et dans le brouillard ,ô liberté chérie, je marcherais au front .  

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 00:00

La portière passager s'ouvre .Une voix douce m'invite à monter ."Tu vas où", me demande l'homme."Je rentre à Brest.Je suis allé jusqu'à Morlaix à vélo.Mais j'ai du l'abandonner ".Tandis que nous roulons il me questionne sur mon âge .Je ne saurais dire la distance parcourue lorsque sa main droite se pose à l'entrejambe de mon short."T'en as une balaise!Tu as déjà bandé"?Tétanisé ,je suis tétanisé.Jamais entendu parler de ce genre de connerie.Un camarade de classe m'avait bien évoqué les rendez-vous homosexuels au Cours D'Ajot.Mais pour moi il s'agissait de drôles de types avec un imper ,un béret basque vissé sur la tête et des lunettes à double foyer, comme cet individu que je croisais dans le bus,et qui me faisait si peur .Oh il y avait eu cet instituteur,celui-là même qui me qualifiait de rougeaud et qui me retenait à la récréation,me prenant sur les genoux pour mieux me chatouiller (mon frère m'appris quelques décennies plus tard,qu'il avait subi les mêmes palpations).

-C'est bien plus tard que la pédophilie fut révélée au grand public .Chez moi nous ne parlions jamais de ces choses là (si ma mère s'inquiétait de sévices éventuels ,c'était uniquement pour mes sœurs )et hélas bien que porté à lire des bouquins sulfureux,jamais cette saloperie n'y fut évoquée.C'est donc mon innocence qui fut cueillie en cet après-midi estival.

"Tu as soif ?On va s'arrêter".En effet il gare la camionnette devant un petit café .Nous entrons.Il parle au patron comme si de rien était.Péquenot dans sa blouse de coton bleu;je n'oublierai jamais sa gueule de con,rougeaude elle aussi .Je ne pense même pas à fuir.Mon cerveau est comme éclaboussé de merde et cette merde je la partage avec ce goret .Jamais je ne pourrai raconter cela à ma mère ...IL me lâche à Landerneau;un nom qui restera longtemps maudit dans ma mémoire.Jamais plus ...Je tuerais tout prédateur ...Très tard ,je suis rentré très tard avec mon secret .Un automobiliste ,celui-là tout à son volant m'avait ramené aux portes du bercail.Je ne suis  désormais plus un agneau,mais un lion prêt à bondir !

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 22:12

Mes nombreuses lectures m'ont souvent en termes d'aventures,comblé,et convaincu que les voyages forment la jeunesse.Aussi prendre la route seul en quête d'évasion et sensations fortes est pour moi une évidence.Je roule,je roule,je descends,je grimpe.Quand je grimpe,alors que mes poumons brûlent,que mes mollets peinent à entrainer le plateau,je pense à Fédérico Bahamontès (l'aigle de Tolède)qui avec courage dénouait les lacets.Quand je dégringole la peur au ventre, j'endosse le maillot jaune de Jacques Anquetil.Dans ma prétention juvénile, j'opte souvent pour un gros braquet.J'aime arracher !J'ai enroulé la RN 12 de Brest à Morlaix en passant par Landerneau ,Landivisiau puis St Thégonnec.Soixante kilomètres de réflexion ;me voilà sous le viaduc!Je suis écarlate.Rougeaud dirait mon frère aîné avec son ironie coutumière.Rougeaud ainsi m'avait nommé des années plus tôt un instituteur imbécile qui à tous deux faisait classe.Je m'étais suite à une malheureuse expérience culinaire brûlé la joue gauche.Le beurre roussissant dans la poêle,j'avais sans précaution jeté un steak.L'éclaboussure me fit une belle tâche cramoisie!Moi qui rougissait, tant à l'effort,qu'à l'émotion n'y couperai donc plus.Rougeaud !Rougeaud !Pour ce jour je m'en fous.Là sous l'imposant viaduc je m'incline.Bien sûr la rage ne m'a pas quitté;trop d'années d'invectives et de blessures,de piques et de rabaissements jusqu'à ce coup de balai sur le dos .Mais la raison me parle.IL faut que je rentre.L'ardeur ,que dis-je la fureur qui motivèrent mon départ se sont diluées dans l'effort .Et c'est mollement que je pédale .Je suis à la dérive .Moi qui me prenais pour un certain Tarsiguel ,un champion local que j'allais applaudir sur le circuit de Kérangoff.Ah j'ai l'air malin à me dandiner sur ma monture d'acier.Je souffle,je crève !Et merde !Pied à terre ,je jette mon vélo au fossé.Beaucoup de jeunes font de l'auto stop .Pour la première fois je lève le pouce .Les voitures sont rares ,elles poursuivent leur route .La marche ne me fait pas peur .Et bien j'ai du marcher plusieurs bornes lorsque une "estafette" bleue s'arrête ...

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article
23 juillet 2017 7 23 /07 /juillet /2017 19:44

Ma mère me tend une lettre .Le vélo que j'ai abandonné dans la côte près de Guiclan a été récupéré par un curé.La plaque gravée,en évidence sur la potence du guidon ,l'a renseigné:nom et adresse.J'irai donc avec mon oncle Prigent qui possède un fourgon reprendre ce splendide demi-course que j'aimais tant,mais que mes jambes ne pouvaient plus propulser .Je n'étais pas peu fier le jour ou je pus après bien des cris et des pleurs poser mes fesses sur cette machine symbole de liberté.Je m'étais en effet cassé le bras lors de mon séjour au mois de mai à l'hôpital,et au collège un geste malencontreux lors d'un match de basket provocant une intense douleur dans l'avant bras droit à peine remis m'avait forcé durant une semaine avant la permission maternelle d'enfourcher l'objet de mes désirs, à une malsaine contemplation!Me faire la belle,en l'occurrence à l'instar de mes idoles du tour de France,une échappée en solitaire,ainsi en avais-je décidé un beau matin de juillet ! Pour me prouver malgré un souffle souvent défaillant ,que je pouvais, par monts et par vaux ,tailler  la route ...Mais il faut bien que je l'avoue,cette escapade ne fut en fait qu'une fugue avortée!Levé tôt ,petit déjeuner pris,bien décidé à mettre de la distance entre moi et le tyran domestique.J'ai bientôt treize ans;l'enfant rebelle est depuis quelques mois, exalté,d'orgueilleuses érections en coupables masturbations ,il se cherche .Désormais je tiendrais tête et pas seulement en paroles ...

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
16 juillet 2017 7 16 /07 /juillet /2017 22:22

Le visage poupin ,on devine  sous une cascade de boucles blondes,l'œil bleu d'ennui.La démarche nonchalante,le pas traînant du looser,il promène son chien ;une sorte de griffon bâtardé à l'occasion.A le voir débonnaire ,un peu enveloppé genre gros bébé à sa maman, pas besoin de confessions .Il est transparent ,rase les murs et ferme sa gueule quand le cake du quartier avec ses "crabes" et sa gonzesse le chahute un peu,histoire de...Le poing serré dans la poche ,non pas pour la bagarre,la boule de chit lui coute cher, alors...Il fréquente une jeune brunette assez jolie qui vit seule avec sa mère, sans beaucoup de repères .Deux paumés jetés dans un tourbillon trop violent pour eux,la seconde zone leur échoit .Faites pas chier les enfants ,les petites combines,les soirées arrosées,la baise dans les caves,ce n'est pas pour vous!Il leur faudrait presque une permission pour s'embrasser;car ils s'aiment tendrement.Ils rêvent d'évasion;déchirer le voile gris de la cité,peindre du beau.La ferveur des idéalistes,les couleurs de leur naïveté.Ils étaleraient leur vie sur la toile rêche d'un quotidien qui les emmerde .Deux colombes dans un nid d'aigle.Le seul point commun c'est la "beu".Il faut bien se fournir et cracher au bassinet.Gare à l'entourloupe,la maison ne fait pas crédit;du cash,sinon ...Mickael ,il s'apelle Mickael .Ce soir il a rendez-vous avec Franck son fournisseur.Dans une impasse calme et fleurie pas loin du boulevard de Plymouth.Le jeune homme l'attend ,assez remonté(300 francs d'arriéré)Mick s'approche.Il est tendu,ce que remarque instantanément son créancier."Pas de chichi,t'as le pognon"?Le frisé tremble,euh...non."Tu te fous de ma gueule,je vais t'en mettre une"!Le geste est aussi fulgurant qu'inattendu ...Un couteau planté en plein cœur...Le petit dur s'écroule les yeux étonnés.Comment ce gros tas de merde rampant ...L'assassin s'écroule à son tour;ses larmes sont sincères,c'était presque un ami .Tout s'obscurcit.Le tableau sera noir ,noir comme la misère.

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou