20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 23:01

Il aurait donc conduit son "panzer"(un ancien modèle Mercédès diesel qu'il aimait à faire chauffer dix minutes avant l'heure de la sortie )à sa dernière demeure,le remplaçant  par une aristocrate anglaise aux lignes plus avantageuses, d'une classe bien plus évidente avec sa sellerie cuir et son tableau de bord en noyer.Oh so british !Fallait-il que l'occasion fût immanquable !Et puis on n'attrape pas les mouches, fussent-elles slaves,avec de belles paroles ! Il existe un marché aux fleurs ,je dirais même une pépinière de  belles plantes exotiques prêtes à faire souche pourvu qu'on les arrose un peu .Ces femmes désireuses de s'extraire de leur cloaque sont plus sensibles au feulement de la carte bleue que l'on introduit dans le boitier qu'à la musicalité des vers les plus riches . Je me souviens de cette balade au"Luna Park" il y a bien trois ans;il  me présenta son nouveau jouet,cette superbe femme,bien mise,dans un trench de cuir noir ,coiffée d'une toque de fourrure(renard argenté ?)."Elle est ingénieur" me lança t-il  avec une certaine fierté.Mais sa plastique ne laissait aucun doute sur les motivations de l'homme.Que la fission de l'atome n'ait plus aucun secret pour elle ,soit ,mais je lui prêtais,sans qu'elle n'eut aucune attitude ambigüe,le pouvoir de faire exploser en chaîne bien des cellules familiales .

Ce poème de Prévert me vient à l'esprit.

                 Pour toi mon amour 

Je suis allé au marché aux oiseaux
Et j'ai acheté des oiseaux
Pour toi
mon amour
Je suis allé au marché aux fleurs
Et j'ai acheté des fleurs
Pour toi
mon amour
Je suis allé au marché à la ferraille
Et j'ai acheté des chaînes
De lourdes chaînes
Pour toi
mon amour
Et je suis allé au marché aux esclaves
Et je t'ai cherchée
Mais je ne t'ai pas trouvée
mon amour 

 

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 20:13

"Salut Bernard!Cela fait un bail ...comment vas tu ?"

"Bien et toi .Alors ,toujours la-bas ?"

"Non ,je suis à la retraite".

"Bah ,ils t'ont un peu aidé à partir!."

"oui bien sûr .J'ai eu un coup de gueule avec L...Ce guignol a alerté le DRH ...".

Je poursuis mes explications ,mais je le sens peu enclin à m'écouter.Le connaissant je sais qu'il trépigne de me narrer ses aventures.Je suis un auditeur très bon enfant et je dois dire un peu malicieux .Sa nouvelle compagne;une jolie ukrainienne blonde  prénommée Olga ,succédant à une sculpturale marocaine à l'épaisse chevelure noir de jais(la photo  de ce trophée magnétique  fut tant de fois exhibée) qui hélas sous le régime Sarkozy fut empêchée de le rejoindre,vient nous saluer .Echange de politesse,et Bernard lui suggère de poursuivre son marché.Elle s'éclipse,lui laissant toute latitude pour évoquer son voyage en Urkaine .Mais avant de nous embarquer pour son road-movie ,il nous relate ses déboires lors de la liquidation de sa retraite et la mise en place des versements.

"Tu n'as pas eu de problèmes avec ton dossier de retraite"?

Et sans attendre ma réponse ,il nous fait part de la colère qui l'anima après s'être s'enquis du bon déroulement de ses démarches ,quand on l'informa que son dossier était égaré .

"Je ne sais plus si c'est à Bordeaux ou à la Rochelle"me dit-il ,"Mais  j'ai dit à la gonzesse :"je vous préviens ,si vous ne voulez pas me voir débarquer dans votre bureau je vous conseille de retrouver rapidement ce foutu dossier"!

Ah je le laisse à sa jubilation narrative pour mieux jouir de la mienne! Non que je ne l'en crois pas capable(c'est un sanguin),mais j'adore ces personnages qui savent mettre en scène l'événement le plus dérisoire .

" Tu sais que j'ai fait le voyage en voiture .Arrivé en Allemagne ,j'entendais un bruit anormal sous le capot.Arrêt forcé.Ne parlant ni allemand ,ni anglais, tu imagines la galère...Je finis par trouver un arabe qui parle français ".

"Tu vois que çà sert les arabes"! lui balance-je ironiquement.Ce sauveur inespéré lui indique un garage .Le diagnostic est posé,une durite percée."Vas trouver une pièce de rechange pour une vieille Jaguar ..." .

"De collection "lui dis-je "une Sovereign?" .

"Non ,elle a quinze ans".

Impossible donc de remplacer le conduit défectueux.Une réparation de fortune (un ruban armé fera l'étanchéité)et en route vers la Pologne.

 

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 21:21

​​​​​Les trente pour cent d'allègement sont sympathiques,mais je ne suis dupe de rien.(Combien de fournisseurs sont sollicités et quasiment rackettés pour satisfaire les offres alléchantes dans les différents magasins).Je règle mes achats.Pour vendredi dix-sept heures mes jeans seront prêts .Mariza Jane et moi poursuivons notre vagabondage,laissant l'aléatoire nous surprendre.Un manteau idéal l'attend-il dans une des  nombreuses alvéoles commerciales ?A son gré nous visitons une enseigne moyenne gamme.Ai-je fait quelques pas qu'un visage m'interpelle .Je brosserais le portrait d'un vieil officier prussien;si ce n'est l'absence de couvre chef et le désuet monocle remplacé par une paire de lunettes rondes à la monture d'écailles,derrière lesquelles deux flammes bleues nous éclairent sur l'inflexibilité du personnage tout y est:Les épaisses moustaches blanches lissées à la brosse dans une symétrie quasi parfaite,la barbe bouffante ,presque nuageuse,elle aussi soignée jusqu'à la maniaquerie.Le crâne rasé (ah si je n'avais pas vu la photo de ce jeune homme à la longue chevelure battant  les cymbales dans un solo débridé) renforce encore la sévérité de la physionomie.Une veste de velours noir à côtes fines,parfaitement ajustée,,sur une chemise évidemment blanche, un denim impeccable,et une paire de "Doc Martens",là je retrouve bien "mon Bernard".Ah j'oubliais la nécessaire chevalière !Mais je dois dire que l'abondante barbe qu'il arbore,bien que très physionomiste,m'a mis un instant en échec .

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 21:02

Les soldes sont lancés.Bien que je ne m'habille plus guère depuis ma mise en retraite(jeans et  T-shirts sont désormais mon ordinaire),je me dois de les renouveler.Marchant dans la galerie du "Phare de l'Europe",je pense à ce reportage sur le coton,cette culture qui sous l'ère soviétique fit des ravages (pauvre mer d'Aral)et qui contribue encore au désastre écologique dans bien des régions .Ces jeans inondant le monde d'indigo,hélas fabriqués sous des cieux moins cléments que les nôtres .Et me voilà dans la cabine d'essayage passant un bleu à la coupe idéale et un marron glacé plus ample.Pierre Vasilliu estimait à cinquante ans passés ne plus devoir s'efforcer à retenir son ventre (d'ou l'adoption de bretelles).Bien sûr si je ne me voyais plus pisser un certain orgueil me tendrait les tripes et quitte à faire ceinture ne passerais la taille au dessus .Ici comme ailleurs la nature est injuste,mais j'aurais mauvaise grâce à ne pas m'en satisfaire.Bon tout de même une inspiration pour fermer le bouton. Sorti j'informe  la jeune femme blonde venue prendre les mesures pour le pli nécessaire que j'en ai un deuxième à raccourcir.

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 23:17

Je n'ai jamais su faire de claquettes ,d'ailleurs je n'ai jamais su danser.Ni au son du tambour,ni au chant des sirènes,le moindre pas je n'aurais esquissé.Je me souviens de ce titre lu ,un polar américain de Norman Mailer:"les vrais durs ne dansent pas",qui m'avait au premier abord semblé incongru.Puis l'explication vint fort à propos .Il est des petites phrases lancées par un père,pas un reproche,non un regret,une déception,ou simplement une incompréhension conflictuelle,qui toute votre vie se rappellent à vous.Comme il est difficile souvent d'être le fils de son père.

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article
12 décembre 2016 1 12 /12 /décembre /2016 22:20

La main est sur la table,

Blanche,doigts écartés.

Innocente main  gauche,

Indifférente  au crime

Dont  la droite coupable

Aimerait la punir.

Et le poignard est là,

Graine de violence 

Dans l'autre poing serré 

Comme un nœud de souffrance.

La vertu immobile,

Quand  le crime est vivant.

Mais  dès le premier cri

Unis au frontispice;

Au creux du  même lit

Tous les deux sont torture

A qui aime la vie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
23 novembre 2016 3 23 /11 /novembre /2016 22:51

Il m'est même arrivé ,trouver quelque charme à l'ennui .Laisser le temps mollement me traîner vers ce jour incertain que peut être demain.A défaut d'occuper le temps j'occupe l'espace.Je vais ,je viens,je tourne en rond,fait ma petite révolution.Quelquefois je suis dans la lune,jette un regard à la Terre,à mes pieds qui cherchent la rime.Il pleut,il vente,il fait soleil?Qu'on ne me dise pas tous les jours pareils !Demain sera un autre jour ...un jour de plus, mais pourquoi faire .Un jour wagon accroché au train-train?Un jour charbon,un jour de foudre?Une rampe ,une planche de salut ou une trappe vers l'enfer! Ce lendemain que je veux vivre ...comme s'il n'appartenait qu'à moi ?

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 23:35

La chuchoteuse,à qui voulait l'entendre,déclarait :"mon mari a sept cerveaux ".Moi je crois  que les contes de fées sont pour les cerveaux lents et que tout çà ne vole pas très haut .Et voilà que les comptes de faits vont lui coller aux fesses.Encore eut-il un sixième sens,pauvre heptacéphale ,un sens aigu siégeant dans un cerveau reposé,plutôt qu'une réflexion ainsi éparpillée façon puzzle, si difficile à rassembler en cas d'urgence;peut-être le naufrage fut-il évité .Ah mais tout cela n'est que mythologie.Si pour elle il était l'indispensable came,pour ses pairs il était imbuvable, poison.Son mea culpa en cent vingt mille exemplaires le persuadait être revenu dans les petits papiers de ses électeurs naturels et les urnes semblaient vouloir les happer.Coquin de sort pour un fieffé coquin qui toute honte bue racolait, des cabinets feutrés aux chiottes les plus nauséabonds,qui des soutiens stratégiques et des petites mains habiles.Ah,mais quel camouflet pour cet adepte des effets de manche,ainsi le taiseux,le collaborateur claudicant s'étant remis en selle,aujourd'hui le désarçonne lui le "preux" chevalier,au service de cette France qu'il aime tant... Je pourrais me réjouir de l'éviction tant espérée du petit mégalo ,si je ne soupçonnais le  "curé" de Solesmes, vouloir instaurer en cas de victoire en mai prochain une rigueur toute cléricale ;Car à dieu j'ai toujours préféré le diable,avec lui on peut discuter.Ah ce qu'il nous aura fait mal François ,l'autre celui du changement ...Je l'avais prévu.

 

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 22:55

Je lis  dans un groupe où les groupies jettent à la volée des bravo,bravo !Je dis bravo car les clics en rafale me tuent .Je lis donc les mots d'un certain Marcel Proust:"ce livre essentiel,le livre vrai,un grand écrivain n'a pas ,dans le sens courant ,à l'inventer ,puisqu'il existe déjà en chacun de nous, mais à le traduire .Le devoir et la tâche d'un écrivain sont ceux d'un traducteur"."Que tu le dises,que tu le penses et que tu le crois Marcel, cela n'appartient qu'à toi.Et dieu sait si ta postérité rend hommage à ton talent .Mais ces petits suceurs ,lécheurs, qui acquiescent allègrement à tous les mots ,toutes les pensées des potentats de la littérature me font chier .N'ont-ils jamais de leur vie sorti une ligne du tourbillon qui tout un chacun taraude ?Ah mais c'est qu'il y a tourbillon et tourbillon ...il y a celui qui aspire vers le fond, le plus profond de soi,et nous colle, en victime de la force centrifuge ,comme une mouche sur un pare brise ,et la noria  qui remonte les idées hélas avec parcimonie .Je crains que la meilleure traduction  ne soit jamais à la hauteur du sentiment qu'elle est sensée transmettre .Si les mots sont choisis ,il est d'une extrême difficulté dans le maelstrom qui nous baigne, je ne le nierais pas de ses bienfaits,comme le paludier cueillir la fleur de sel de notre pensée.Ce que le lecteur reçoit n'est pas une pépite débarrassée de ses scories,mais  une portion congrue  ,peut-être brillante qui avec le temps se patinera ou se lustrera encore.Je relis en pensée les conseils lus ici et là soyez concis ,coupez ,coupez ,coupez !Oui mais couper dans le peu qu'il reste pour en faire quoi ?Il y a tant de best-sellers qui ressemblent à des merdes de chiens écrasés !

 

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article
19 novembre 2016 6 19 /11 /novembre /2016 12:09

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou