Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest

Brest blog,humeur ,liberté de pensée ,poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes

Ma précieuse souffrance .

Ma précieuse souffrance .
Surtout ne pas la dire .Et puis elle n'appartient qu'à toi .Que l'on ne la piétine pas !Que l'on te la laisse intacte,dans sa précieuse cruauté...Il ne faudrait pas que sous prétexte de compassion et autre empathie circonstancielles communément prodiguées, des pleurnichards patentés viennent déverser leur trop plein d'angoisse sur une réalité qui leur échappe .Redessiner sans cesse les contours d'une douleur qui  brûlerait les doigts ?J'en fis toujours un pré carré,et nulle dérogation n'y fut jamais admise. Alimenter la chronique des pauses café,donner à des psychologues infatués matière à dire et médire ...J'ai très tôt compris à quel point la souffrance nous apprenait sur autrui.Un jour ma prof de math,accessoirement prof de dessin décela dans un de mes "chefs d'œuvre" toute la gravité du personnage qui s'évertuait par ailleurs à divertir la classe.Par quelle pirouette m'en sortis-je?Fallait-il que chacun sache combien mon estomac me torturait...Et puis étais-je le seul à en chier ?Un instituteur nous parlant de Fernand Reynaud,nous dit ;"derrière le rire se cachent souvent les larmes."Le clown serait triste.Que des filles tout en jouant de ma timidité s'intéressassent à la couleur de mes yeux me faisait tellement de bien.Etaient-ils verts ou bleus?Pouvaient-elles imaginer qu'ils fussent le plus souvent rouges. Pour le reste  la classe s'amusait de mes saillies drolatiques .L'hostis le bout en train ...Je ne me départis jamais de ma joie de vivre.Mes douleurs ne furent pas plus étalées que le beurre sur mon pain (je n'aime pas le beurre).Drape-toi dans le silence et l'on te foutera la paix !Ou plutôt noie ton auditoire dans la légèreté ,l'extravagance ...Quand je pense que le calvaire d'un certain Jésus-Christ colporté par les Evangiles cristallise tant de haine et de passion ...Faut-il vraiment que l'homme  ait une fascination pour la souffrance.A voir et à entendre,à lire ou à écouter la souffrance fait recette .Succès de librairie,unes racoleuses ,rentes à la SACEM,sanglots dans les salles obscures,sans compter tous les rassemblements populaires ,les commémorations à grands renforts de publicité,les mémoriaux,les totems et toutes sortes d'omniprésences de ce que l'on voudrait par ailleurs oublier.Mais pourquoi rappeler dans un cycle infernal  les horreurs d'une guerre ,d'un génocide,ou la mort d'un manifestant,puisque rien ne change ...tant qu'il y aura de la vie il y aura de la souffrance!Un type a dit;"vous n'aurez pas ma haine."Moi je dis je garderai ma souffrance.La livrer serait comme perdre un membre.Et je tiens à mon intégrité.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
le marché de la souffrance est-il plus fructueux que le marché de la mort ?
Répondre
G
Je voulais surtout mettre en exergue la retenue, le quant à soi .La douleur des uns ne doit pas favoriser le voyeurisme de certains autres .Et je dénonce tout étalage .Que les adeptes du mémoriel continuent leurs rituels,moi je resterai sur mes postions .