14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 15:01

Derrière ses lunettes cerclées d'acier,ses yeux bleus ont une fixité étrange.Si le rideau n'est pas baissé,le magasin est pourtant vide,liquidation totale pour cause de transfert.La malice et tous les accessoires qu'il maniait si bien,confisqués,fini la dolcevita.Le sourire espiègle et parfois narquois est figé,masque de fer.Les maxilaires tendus ,l'homme bat le pavé ,il lit et relit :viré .Toute une vie d'abnégation ,de sacrifices, un édifice s'écroule,il avait forgé sa "carrière" jour après jour a l'arraché.A coup de cravache ,il avait sprinté sans  un regard pour les autres.La course au trophée ,une belle maison ,une belle femme,la panoplie du petit bourgeois ,respecté.Enchassé dans le bonheur social,loin de ses reves d'ado,la routine l'avait aveuglé.Le pub Irlandais le plus proche,lui servira de purgatoire ,il déposera sa peine sur le comptoir.Le liquide ambré guérita-il son mal de gorge?Peut-etre,une chose est sure  ,le verrou de la boite à souvenirs sautera.La musique qu'il aimait tant ,maitresse envoutante et si exigente,la séparation fut difficile.Combien de tournées ,provinciales certes mais enivrantes,quand il partait dans ses solos de batterie.Les cheveux fous fouettant ses freles épaules,ll se transcendait ,le rock 'n roll était sa drogue dure.L'utopie soixante -huitarde déferlant  ,l'avait emporté dans le psychédélic,la marijuana et l'amour libre .Woodstock,l'ile de WIGHT,autant d'expériences sucrées ,les WHO, JOE COCKER et tous les autres chantres de la liberté.IL avait bouffé la vie ,jusqu'à l'extase,overdose de jouissance .Ses gammes sur le bout des baguettes ,il imaginait ,son nom associé à un groupe vedette.L'amour veillait au grain,pour le meilleur ou pour le pire,Psylvia l'enroula dans le voile du désir.Rangé des voitures ,la grosse caisse sous cocon,les batons brisés,il bifurqua.S'achetant une conduite ,coiffure nette et costume gris perle,il fut introduit dans le monde de la finance.

.

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article

commentaires

Punch-frappé 30/06/2012 00:16

Ce fut une opportunité qui s'offrit à lui, avant qu'ayant usé ses forces sous le harnais d'une activité vaine bien que fort lucrative, la camarde ne lui arrachât son dernier souffle. Mais il
n'appréhenda point cette chance inespérée. Comme un automate bien huilé,ou un cheval de manège ....

gilbertilo 30/06/2012 10:39



Le pragmatisme l'emporte souvent.Qui ose son rêve?Faut-il être possédé pour persévérer comme le dit l'adage?



Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou