26 décembre 2011 1 26 /12 /décembre /2011 13:20

Pour avoir tant vomi cette langue ,non pas qu'elle fût barbare ou irritante à mes oreilles d'enfant, mais j'étais un"p'tit zef"plein de condescendance pour ses locuteurs assimilés à la paysannerie avec toutes les idées reçues collant à leurs "boutous".Intruse à l'arsenal, étendard d'une France suzeraine ,trainée dans les sabots de campagnards trop pauvres contraints à cumuler la pénibilité du rivetage à chaud au bassin de carène(qu'importait qu'ils ne  parlassent point le français,leurs bras vigoureux et leur ténacité légendaire comblaient avantageusement  cette lacune)aux nécessaires soins du bétail le soir venu dans les frimas de l'hiver.Chère à ces ploucs qui d'un oeil malicieux imposaient leur accent rocailleux ,garçons de ferme conduisant vaches ou chevaux aux comices agricoles,femmes en noir, paniers au bras, la coiffe amidonnée épinglée sur un chignon trop strict, livrant le beurre si apprécié des  citadins.Oh j'ai craché sur tout ce qui de près ou de loin me "bretonnisait",j'ai honni ce folklore ,la bombarde nasillarde et le biniou pleurnichard ,j'ai singé la gavotte et moqué les festou-noz,comme j'ai aimé sans me lasser cette mer déchirant en fine dentelle les rivages granitiques d'une lointaine armorique ,pointe  érodée aux vents de l'aventure.

Ces hommes débarqués sur une lande ingrate vénérant le genêt aussi bien que l'ajonc ,repartis sur les flots aux siècles des légendes sur les traces du valeureux  Gradlon.L'histoire me réconciliait donc balayant les clichés empoisonnés de  méconnaissance d'une république amnésique!

Et ma fierté toute neuve n'était pourtant pas d'être breton mais bien la révélation étonnante d'un instituteur ;Notre français est plus pur n'étant pas pollué par tel ou tel usage d'un patois lancinant,notre niveau scolaire est un des meilleurs.Nous n'étions donc pas des arriérés, des demi-français ,des réfractaires, à l'image de ces curés omniprésents dans notre culture profonde,non, de Hervé de Portzmoguer à Ernest Renan l'ouverture sur le monde fut toujours nôtre.

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article

commentaires

Punch-frappe 24/03/2012 10:07

Maintenant la communauté européenne réhabilite toutes les langues régionales, comme tant de fromages méconnus mais qui goûtent si fort la saveur du terroir.

gilbertilo 24/03/2012 17:58



Oui c'est vrai,mais vois-tu cette aversion pour la langue bretonne etait de mon fait.Quand on est enfant toute atteinte à notre culture nous conduit à un refus de ce que l'on consdère comme
handicapant.ET c'est un refuge que de valoriser la langue apprise à l'ecole,la magnifier ,s'introduire en elle ,mais celle-ci est rebelle autant que l'autre est revendicative.Je ne parle hélas
pas( et aujourd'hui je dis hélas)le breton .Je vis ma bretonnitude autrement ,sans doute ne puis-je épouser comme je le voudrais la sinuosité des chemins de son âme,mais je m'y emploie ,le
français m'épaule de sa richesse,et elle est grande.



Pierrette Richard 09/02/2012 20:16

"Si tu ne sais pas où tu vas, n'oublies jamais d'où tu viens..."

gilbertilo 09/02/2012 21:12



Rassure toi ,je sais ou je vais et aussi d'ou je viens.Les tendres années ne sont pas toujours faciles ,mais on apprend à se connaître et à aimer sa culture ,au moins à la respecter.



Punch-frappé 08/02/2012 22:48

Renier les siens serait se renier soi

gilbertilo 09/02/2012 19:21



Quand on est gosse la notion d'identité nous échappe,la différence loin de nous enrichir nous handicape.



mamalilou 27/01/2012 21:35

la référence à la règle du melon est la suivante:
ils apportèrent le melon aux invités, qu'ils découpèrent en tranches.
:o)
bisous sur le chemin, au plaisir de te lire

mamalilou 23/01/2012 03:20

quelle merveille d'écriture et de lecture
un grand merci à toi

j'ai noté une 'règle du melon' (à cause d'une virgule absente) qui m'a arrêtée un instant:
femmes en noir, paniers au bras, la coiffe amidonnée épinglée sur /un chignon trop strict livrant le beurre si apprécié des citadins./
....!!!
gros bisous et grand merci pour cet instant partagé en une sublime lecture, si rare en blogosphère...

gilbertilo 23/01/2012 07:33



S'il te plait pourrais tu m'éclairer sur cette histoire de melon?Oui je l'avoue il marrive d'avoir des problèmes avec la ponctuation.Quant à la blogosphère ,il y a bien longtemps que j'ai fait le
deuil d'une certaine quête.Je suis un pragmatique ,ce que je lis ici ou là ,les rares commentaires que je laisse désormais ,çà me suffit.Pour mes modestes contributions,elles me font avant tout
du bien,si elles plaisent c'est bien ,sinon...................Merci encore de ton attention,elle me réchauffe le coeur .A plus sur le chemin.



Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou