7 août 2010 6 07 /08 /août /2010 09:24

Le ciel est d'un bleu à faire rugir les "fauves",désespérément bleu.Une hégémonie azur règne jusqu'à l'horizon,elle est sans nuance ,sans partage ,du bleu intégral .Sur la plage" polychromée",les ultraviolets assassinent à tout va,cette population de blafards.IL sont venus,ils sont tous là, serviette de bain sur l'épaule ,lunettes et crème solaire.Quelle évasion!De l'empilement urbain à la mosaïque estivale .La mer les attend ,ne sont -ils pas là pour elle?La star .De temps à autre un pied audacieux vient prendre la température.Un amoureux éperdu se lance dans un corps à corps frénétique ,sans rival ,seul dans le bouillon,iL jouit.Les autres avachis sur le sable,colonie amorphe,incarnent enfin.......le mot farniente ,tant vanté dans les médias.Quelques" intellectuels" ,tiennent en évidence ,un bouquin de MARC LEVY ou le dernier GONCOURT,tandis que les enfants font de l'architecture éphémère.Les jeunes femmes exposent des formes ,adéquates,au canon de MARIE-CLAIRE.(INGRES en perdrait ses pinceaux)Les "côtelettes" sont nombreuses ,le bronzage est obligatoire ,dans cette société de clones.Les "rambos" des plages exercent leurs talents ,au volley ou à l'amour d'été.L'océan s'offre généreux mais dangereux,on le respecte ou  on s'en va!!!!!!Le cantonnement plagiste ne m'intéresse guère,sitôt mon bain pris ,je m'éclipse.Je retrouverai les sablons cet automne ,quand le vent balaiera le littoral et les frivolités .L'atlantique cruel souvent ,magnifique quand ses colères le démonte,écumant de rage .Tordu de douleur peut-être quand il s'écrase violemment sur le granit bleu .S'élançant parfois à l'assaut des nuages,téméraire et présomptueux.La tempête lui fait des mèches rebelles ,que des" fous de bassans" effleurent ,suicidaires.Oui ,je peux le dire ,si on ne vit pas d'amour et d'eau fraiche ,on peut vivre de passion et d'eau salée!Contre vents et marées ,je m'adosserai,.La pluie peut-¨être  battra ma figure,et je naviguerai au gré de mes envies.L'estran sera ,aux marées d'équinoxe ,un jardin merveilleux,le goëmon ruisselant ,les effluves iodés taquinant les narines.Sous ces cieux légendaires,du pays PAGAN , patrie des naufrageurs ,aux lumières du"POULDU" tant aimées des peintres,je vis .

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo - dans brocante des mots
commenter cet article

commentaires

Punch-frappe 30/06/2012 16:22

Ces plages tant décriées, il y a quelques années, ce soleil assassin qui me laissa souvent des morsures si cruelles que, tel un oignon, m'a peau pour s'en défaire, ne trouva nul autre remède que de
peler antièrement. Dernièrement un medicin m'a dit d'un air fort docte. Vous devez vous exposer sans nul protection afin que ses rayons vous pénètrent jusqu'à l'os, car à lui seulement vous devrez
votre survie. En attendant, buvez sans nul modération des ampoules toutes pleines de vitamine D. Sinon, tout comme un cocotier, vous ne survivrez point fort longtemps sous ces clmats-ci ..

gilbertilo 30/06/2012 22:02



Oui tu m'as parlé d'une fracture à la jambe,serait-ce du à une carence en vitamine D?Quant à moi je supporte hélas assez mal la chaleur.Je déteste cette concentration de chair l'été sur le
sable.j'aime la mer et le vent quelle que soit la saison et ce déferlement est vécu par beaucoup des autochtones comme une profanation ,presque un viol!



Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou