22 août 2010 7 22 /08 /août /2010 14:20

Ceux qui ont fait l'effort(surhumain) de dialoguer avec moi ,savent ma fragilité.Sous des dehors ,froids ,une apparente virilité,une voix très grave(qui déroute souvent mon interlocuteur) se cache une grande sensibilité.Je me suis souvent ingénié,dans mon entourage professionnel à donner une image féroce.La tranquillité est à ce prix.Les blessures profondes d'une enfance difficile,me fragilisant .j'ai toujours douté de la gentillesse et de l'amitié, évoluant mieux dans la violence et l'invective.Les difficultés insurmontables pour certains ,n'étaient pour moi que des broutilles.Je me sentais "agneau",je devenais un "lion" au milieu de ces "anges".Seule l'injustice puisant ses racines dans mes tourments juvéniles,me sortait de mon silence protecteur.Au de-là de mes problèmes familiaux ,c'est à l'école(j'y reviens) que j'ai vécu la douleur la plus marquante.Le jour de mon entrée en sixiéme ,une bousculade s'était produite,dans le couloir.Quelques filles(dont j'avais un grand respect et un peu peur ,il faut bien le dire)s'étaient plaintes ,à la prof d'anglais de brutalités masculines semble -t-il.Ainsi fut-je pris dans une punition collective .Hébété, j'eus beau me targuer de ma bonne foi ,rien n' y fit.Le premier contact avec le collège fut donc ,un coup de baton.J'aurai voulu crier,leur dire à quel point ,je souffrais déjà assez .A quoi bon parler de mes malheurs,de ce mal qui me bouffait les tripes .Des nuits sans dormir ,à me tordre ,le poing dans l'estomac.Quel mal inconnu me taraudait(J'ai du attendre encore deux ans pour le savoir).Peut importe,j'ai puisé de la force dans ce calvaire.Appris à souffrir en silence dans un hopital.Les barricades à,PARIS et moi dans un service pédiatrique luttant contre je ne savais quoi.Elle est belle la vie,oui, je peux vous le dire.Et voilà, des années ont passé ,tranquilles,oubliées les diatribes professorales,les discours lénifiants.Sans avoir un age canonique ,j'ai vécu.La face cachée de l'homme ,ne me surprend plus,j'ai affiné au fil du temps ma psychologie.Je prends l"etre humain pour ce qu'il est.J'ai été jugé une fois,sans appel,dans un conseil de discipline ,par des individus surs de leur fait.Bah ..........LA SENTENCE  fut  exclusion définitive du collège.Rien à dire ,mais le commentaire était injurieux(vous finirez voleur de voitures ou chef de gang).J' en ri encore.SI ce n'était des adultes sérieux ,je parlerais de puérilité!Me voilà donc aujourd'hui ,toutes proportions gardées à nouveau,sur la sellette.Une blogueuse sur de son fait (elle parle beaucoup des certitudes des autres)dissèque à son idée la "bete".Une blessure de plus ,gratuite et insidieuse.Les flèches ne sont pas empoisonnées j'espère.BON dans le fond c'est pas si mal,je ne savait pas trop quoi écrire.Tant de polémique sur les blogs,il est vrai que le globe est si pauvre en événements.Que NS,est tellement hégémonique, sur la place,qu'il occulte tout autre sujet.Je pourrai apporter,mes boulets rouges et mes bataillons d'injures.Hurler avec les loups c'est si facile.

PS j'ai bien mérité un petit café.

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo - dans objets perdus
commenter cet article

commentaires

Punch-frappé 14/07/2012 19:46

Une indifférence certaine, mais j'espérais cachée, m'a certainement empêché d'applaudir ce jour-là à la sortie d'un dîner pédagogique qui avait réuni tous les professeurs de notre Lycée.
Il est vrai qu'ils étaient tous beaux mis sur leur trente-et-un. Nous leur avons fait une haie d'honneur, alors que nous attendions de monter au dortoir des pensionnaires.Nous fûmes tous punis pour
ce comportement inconvenant jJ'acceptai ma sanction sans broncher, convaincue de faire partie des fautives, jusqu'à ce qu'une petite Saintoise ( originaire des îles des Saintes) protesta : J'ai
suivi l'exemple de Dxxxx, elle n'a pas applaudi, donc j'ai pris exemple sur elle et ne l'ai pas fait non plus. Nous fûmes les seules à ne pas encourir de sanction.
Mais cette expérience qui m'a profondément marquée, ma rendue méfiante.... Pas suffisamment cependant, car il y eut en Terminale l'évènement du pantalon que j'ai classé dans la rubrique DE.

Nous sommes tous responsables des agissements des autres ; donc coupables à priori. Que de gifles injustement reçues m'ont convaincu de cela.

Bises et à bientôt

mamalilou 02/09/2010 20:38


mdr... oui parfois c'est marrant... quand même...parfois... mdr mdr mdr


gilbertilo 02/09/2010 21:53



Vie délirante donc ,super.



mamalilou 01/09/2010 17:49


si, on peut aimer tout le monde, mais de différentes façons, parfois l'amour passe par le silence distant et la contemplation placide et compassionnée...


gilbertilo 01/09/2010 21:16



Cà doit etre marrant la vie chez toi......................................



sandrin 23/08/2010 21:41


bzzz bzzzzz
je fais la mouche...


mamalilou 23/08/2010 16:31


oops, des écorchures on en a presque tous, elles ne doivent pas nous rendre misanthropes... on est tous tentés de s'affirmer par opposition, on le fait d'ailleurs presque tous, même si on s'en
défend, tantôt donneurs de leçons, tantôt exprimant nos failles à la quête de quelques altérités compatibles ...
et pourtant toujours tellement enclins à sélectionner son entourage par affinités et ressemblances...
ah que le chemin parfois nous semble hostile
merci pour ce partage si humain
oui un pti café, je veux bien aussi...
surtout si tu commences à me parler de NS... tant de conneries et de risques inconsidérés pris en nos noms, ça me désole grave...
un truc, que ce soit par un commentaire de blog ou autre, se remettre en question, ça n'est jamais de trop, jamais, même quand on croit avoir fait le tour de soi...
on bouge, on change et même quand on ne le voit pas, reste toujours des améliorations à faire, c'est pas toujours élégant, mais qu'importe, même ceux qu'on n'aime pas a priori (quoiqu'on se défende
parfois de rejeter qui que ce soit), contribuent à nous rendre meilleur, malgré eux parfois...

belle journée à toi


gilbertilo 23/08/2010 18:27



Je ne suis pas misanthrope,mais on peut pas aimer tout le monde.Le plus souvent les gens me fuient ,par je ne sais trop quelle crainte.Est-ce le physique ,l'air dur ,ou la voix,bref ,je
n'attire pas les foules.Ceux qui m'aiment ne sont pas déçus.Le fameux seuil si difficile à franchir.Osez braves gens ,osez..................



Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou