20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 19:54

Quand j'étais gosse, une distribution de lait avait lieu à l'école.Des petites bouteilles de verre contenaient ce liquide nourissant pour une population fragile.C'était frais,je me souviens du bruit caractéristique des casiers trimballés.Nous attendions sagement sous le préau ,fébriles.Une paille perçait la capsule d'aluminium et nous aspirions avec joie cette panacée.Sans soucis ,sans interrogation ,le bonheur simple des déshérités .Mais après la douceur ,la déception,l'incompréhension ,en effet ;s'il restait quelques flacons,le maitre disait à voix haute :les premiers de la classe auront droit à un supplément.Dans ma petite tete résonna un sentiment sur lequel je ne mettais pas encore un nom!Des années plus tard à l'occasion de la fete des mères l'instituteur faisait passer des cadeaux éventuels pour nos chères mamans.Ma petite cloche tintat de nouveau et mes tripes se durcirent.Le mot martelait ,la blessure avait un nom mais je ne pouvais rien dire,comment s'exprimer sans se mettre à nu.Plutot crever!Ainsi le monde était différent pour chacun d'entre nous .La rancoeur n'habitait pourtant pas mon etre ,tout de

joie et de curiosité.C'est cette année là que j'ai connu Frank Martinez, comme bien des gens que l'on appelait les "rapatriés d'Algérie",ce petit garçon avait la nostalgie sur les épaules.Il me disait;ce sont les Arabes les plus forts!A le voir bronzé comme il était, je le prenais pour un des leurs .Je connaissais bien des Algériens qui venaient à la maison mais c'était des travailleurs du batiment sans malices.Au contact de mon nouvel ami ma vision changea sur le Magrheb.Le cimeterre remplaça l'épée dans les duels avec mon frère.Tout à coup j'apprenais à connaitre une culture dont on nous ne parlait jamais.Mes connaisssances se résumaient à Abdel-Kader et le manuel  dont on nous ressassait unilatéralement l'histoire.Hélas les choses ne sont pas aussi simples ,après avoir pendant des années soutenu la cause des insurgés,j'appris lors d'une lecture

qu'une médaille a toujours son revers .A peine proclamée l'indépendance ,le gouvernement mettait à l'index ,les Kabyles ,résistants à l'arabisation.Alors ,ébranlées mes convictions...............?Non car le manichéisme fut un des mots qui me claquèrent aux oreilles ,adolescent!Aujourd'hui j'ai lu un blog assez édifiant et attristant,la France est-elle à ce point réactionnaire?J'ose espérer que non,une voix parmi d'autres....erratique.Non de dieu ,ne voient -ils  le pavé que s'il frappe en pleine gueule.Le sang ne lave pas le sang bien sur.A un moment il faut se poser et réfléchir,l'invective et le mépris sont des armes à doubletranchant.Et paf à 23;15 ,j'entends une femme de droite qui a des paroles qui me semblent sensées.Vlan ,je ne vacille pas,j'acquièce ...........ils ne sont donc pas tous formatés !Stop ........un homme ,avec une pointe de paternalisme(nous les intellectuels,qui parlons pour les autres)nous explique du haut de ses 70 ans comment appréhender les évenements de la rue.Ah le fat,prend t-il les jeunes pour des demeurés?Décidément les memes situations conduisent au meme aveuglement.Tout intellectuel que vous etes, votre cartésianisme ne filtre rien.Le feeling n'est pas votre fort.Le mal-etre psychosomatique s'exprime tout en brouillon comme une résurgence de souffrance enfouie ou étouffée il y a des années pour certains individus.La batée tournera et les vraies questions apparaitront .L'utopie s'est-elle invitée, nébuleuse encore mais vivante.

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo - dans la brocante des mots
commenter cet article

commentaires

Pnch-frappe 18/07/2012 00:49

Voilà pourquoi l'industrie du vin était si florissante. Les enfants avaient du vin dans leur soupe.
Je me souviens à l'époque, le lait de vache était tant coupé avec de l'eau qu'il en devenait insalubre, alors c'était du lait Nestlé ou du lait en poudre mélangé avec de l'eau bouillante, afin de
tuer les vers que le lait était censé contenir.
J'ai connu moi aussi la distribution du lait à l'école, mais pas en petites bouteilles : en grand chaudron avec du lait en poudre. C'était assez festif.

gilbertilo 18/07/2012 14:15



Oui c'est exact nous avions à la cantine de l'eau tintée de vin.J'ai voulu dans cet épisode mêler les histoires ,la petite et la grande qui nous échappait bien sûr.Pendant que j'écrivais
,j'écoutais l'émission de Fredéric Taddei et le présent vint se coller aux souvenirs.Je me disais que pas grand chose n'avait changé.Quant à ce fameux intellectuel suffisant,il aurait mieux fait
de descendre de son piedestal.Les générations successives se comprennent -elles si peu?



Monica15 24/11/2010 07:32


cette histoire est bien triste
il est vrai que ca commence sur les bancs de l ecole , la différence , la loi du plus fort ou du mieux placé ..
à l ecole ou je fut point de lait , c etait un pensionnat , le lait etait mélangé au café , et du vin loll avec les bonnes soeurs ca ne riquait pas , ou alors du vin de messe MDR
kénavo ( intéressant tous tes articles )


mamalilou 04/11/2010 03:53


va pour un dithyrambe, sus à mon équanimité!!! rires...


gilbertilo 04/11/2010 21:46



Keep cool and drink fresh,disait un collègue ..................sur le chemin.



mamalilou 29/10/2010 03:55


ah là ça touche à mes origines, oui j'ai quitté l'Algérie à mes six ans, forcément... mais à cet âge on ne sait rien, rien de ce que vivent les parents, rien, rien de ce qui se fait se dit se
fomente...
on est juste heureux de découvrir les poules qui caquettent, de sentir les eucalyptus, les orangers, de goûter les mûres blanches et les nèfles ou les coings blettis, de trotter dans les sable
caillouteux de quelques rues de la ville des roses,... d'arracher les pattes des cafards dans le sable chaud de la plage au pied d'Alger la blanche... :o)
alors non, évidemment, une fois grandi et aguerri aux cachoteries odieuses et troubles divers, on sait quelques vérités qui remplacent d'autres vérités tenues pour telles juste avant... et bien
moins que demain...
oui..
et chaque pas vers un rai de lumière vraie est un pas vers l'introspection et la compréhension de ce qui fabrique ce monde, de ce qui en fait sa folie...
le pouvoir...
l'argent, le rejet, ...
toute ces choses qui nous fourvoient, et qui ont un potentiel de destruction, de sabotage, plus immédiat que toute la lente force d'amour des êtres...
construire est toujours plus long que détruire, les réactions étant parfois pire que le mal initié, bourreaux et victimes se confondent, ceux qui commencent, ceux qui continuent et ceux qui mentent
et se mentent...

ton texte est fort bien écrit, et puise à l'essentiel
bon vendredi à toi


gilbertilo 29/10/2010 07:36



TU me touches beaucoup avec ta poésie ,mélée de nostalgie.C'était une époque trouble,pour moi aussi mais pour des raisons différentes.Ainsi au fil du temps on se découvre ,l'un l'autre,et je te
"jure" qu'en se moment,çà me fait du bien d'avoir un commentaire positif.JE ne te l'ai jamais dis:ton écriture est magnifique,toujours le mot juste,j'arrete avant le le dithyrambe.Bonne journée à
toi.



thanina 22/10/2010 23:17


Coucou , chacun aurait voulu que les choses evoluent selon ses aspirations ou du moins avec moins de violence , plus de justice et d'equité ...bref moi je n'ai pas connu içi cet episode du lait
i^ci a Constantine , peut être qu'on le faisait du temps de la colonisation , on nous donnait , par contre des barrs de chocolat noir que je trouvais succulent ...enfin je ne sais pas si c juste
mes souvenirs d'enfance , ou c'etait vraiment de bonne qualité !!! biz a bientôt .


gilbertilo 22/10/2010 23:34



L'histoire est malheureusement faite d'injustices,comme une commode à tiroir secrets ,une vérité chasse l'autre.Le paradoxe c'est que ce petit pied-noir ,m'a fait découvrir une autre vérité,sur
l'Algérie.Sans le vouloir peut-etre.............Pour le lait, c'était bien  .................mais différencier à 6ans les bons élèves des autres ,quelle betise !Sur le chemin.............



Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou