3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 18:46

Des briseurs d'os aux suceurs de gras toute une fourchette de prédateurs bien décidés à se payer sur la bête.Le jeu des chaises musicales  très prisé de nos jours dans les entreprises, réserve quelques surprises.La distribution des rôles révèle de  temps à autre un volatile gouailleur et impertinent.Plus "voleteur" que coursier il n'en fait pas moins le ménage pour l'escadrille,lâchant les petites merdes comme autant de notes à payer pour que le concert dure!Ses gammes erratiques dans la sidérurgie ou l'automobile l'ont conduit ici ,cela fait 7 ou 8 ans,(il n'y a pas de fumée sans feu)Du strapontin au fauteuil il a joué les funambules sur la perche qu'on lui tendait.Plus choisi par un directeur de casting qu'embauché par un DRH,(oubliées les fourches caudines des recruteurs exigeants).Pas un aigle surtout pas un aigle;que la tourmente ne  facilite pas son   ascension.D'envergure moyenne il doit battre des ailes,lutter contre le vent,l'énergie du désespoir est  son carburant!!!

Face à lui un cégétiste grand teint qui tenait le haut du pavé quand les déclarations liminaires sur le perron de la direction avaient encore de l'audience.Déboulonné ,comme le fut dans une autre dimension la statue de Lénine,ange déchu,il lui reste le vocable hérité de ce vecteur qu'il avait instrumentalisé.Oh il parvient encore à donner le change à quelque individu satellisé nostalgique de l'étoile rouge et autre pèlerin béat.Au bal des faux-culs il ne danse même pas,les épaules arrondies et la panse relâchée,virtuose de la double partition,il siège!!IL n'a pourtant pas de jeton.....

Ainsi va la vie dans l'entreprise.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo - dans la brocante des mots
commenter cet article

commentaires

Carole 13/03/2013 00:56

C'est justement décrit... et c'est triste.

gilbertilo 14/03/2013 19:48



Merci de votre passage.J'ai trouvé chez vous un blog de qualité,tant par l'écriture que par l'approche de divers sujets.Je dois dire à mon grand regret que j'ai souvent été déçu lors de mon
vagabondage sur la toile,puérilité ou au contraire trop d'emphase.Chez vous le ton est juste et l'on peut entendre toute la poésie qui vous anime.Bien souvent la mauvaise critique parait sincère
et l'éloge soupçonné de dissimulation.Qu'à celà ne tienne!Je ne fais jamais de critique négative, inutile et vaine,dans ce cas je m'abstiens..........A quoi bon?Bonne soirée.



ballendar 25/02/2013 20:03

C'est plus facile à dire qu'à faire, tout dépend de l'équilibre des forces, mais concernant l'apparatchick, il est bien dépositaire d'un mandat syndical, donc forcément élu... Je vois cela de loin,
mais j'ai connu des renversements dans des entreprises avec l,éjection des responsables syndicaux des responsabilités : par contre ils continuaient à siéger, mais ils avaient perdu tous leurs
pouvoirs.

mamalilou 10/02/2013 20:54

sur ce ton tu as de quoi leur tailler des croupières...
mais ils n'ont besoin de personne pour se mordre la queue... trop gourmands...
en attendant, en fond de cale ça écope, et juste au-dessus c'est "ramons rameurs ramez"...

gilbertilo 10/02/2013 22:16



Je ne sais pas lequel de ces protagonistes me fait le plus vomir.Le premier est au vu et au su de tout le monde un carriériste sans états d'âme tandis que le second est peut-être un vil
opportuniste qui instrumentalise son rôle de défenseur .Bon à la limite si son "engagement" sans être un sacerdoce peut-être utile à ses camarades soit,mais alors qu'il ait la même attitude quand
son mandat ne le protège plus,qu'il soit un homme digne comme fut arrogant le syndicaliste.



Punch-frappé 04/02/2013 12:30

Cour des miracles ou cour de France, ils règnent sur la valetaille ces courtisans aux petits pieds. Leur manque de pédigré les fait au prime abord paraître inoffensifs. Ils se fondent dans le
commun, suscitant mille confidences qu'il vendront ensuite au prix fort à ceux à qui ils pourront les monnayer ; gravissant ainsi les échelons que ni leurs compétences, ni des diplômes durement
obtenus n'auraient pu leur fournir. Seconds couteaux des basses oeuvres, ils souffleront des mesures que le patron le plus obtus n'aurait même pu jamais imaginer.
Bon courage jusqu'à la retraite Gilbertilo.

gilbertilo 04/02/2013 17:35



J'ai quand même  la chance de travailler dand une grande boîte.Mais tout a basculé quand du statut public, la Direction des Constructions et Armes Navales s'est transformée en entreprise à
capitaux privés.Nous ne nous sentons plus vraiment chez nous.Nous sommes vus comme des dinosaures car malgré tout nous conservons nos statuts (dits privilégiés).De l'industrie ou du commerce les
transfuges sont nombreux à s'être réfugiés dans cette bonbonnière ou ils se sucrent allègrement.Les dividendes sont substantiels pour les actionnaires et les primes allèchantes pour les chefs de
services et autres managers.Bah je crois que tout le monde en croque!!!



Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou