28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 18:11

Toi,mon amour,ma chair, mon sang ,ma vie. Sur ce chemin hérissé de mille tortures repoussant l'horizon jusqu'à la frustration,la paranoia me guettait.

Mais bon dieu petit bonhomme qu'est ce que tu t'imaginais?Parce que tu en avais bavé de la rancoeur ,que l'écume des jours t'avait carapaçonné (et peut-être handicapé)tu te  croyais aguerri .Bien sûr tu avais pris des pains dans ta jolie petite gueule (souviens toi ,tu avais bien failli perdre un oeil)mais on ne forge pas l'humain comme l'on forme le fer(tu l'appris à tes dépends).

Il t'avait demandé"tu sais découper au chalumeau,tu sais souder?Rampillon ,il s'appelait Mr Rampillon ,mais tout le monde l'appelait "le rouquin"."Tu commences lundi"te dit-il en te serrant la main.Contrat de travail en poche tu te retrouvais donc fragile et sans expérience dans cet immense atelier.(un des plus grands d'Europe)ton calvaire commençait!!Les nefs n'étaient pas celles des cathédrales,empruntes d'un silence de plomb mais agitées tel  les pavillons Baltards,grouillantes de vie et saturées d'échos rebondissants et agressifs.Sifflements des meuleuses ,ronronnements des plieuses,( dont la plus grande dite à"col de cygne"nécessitait un savoir faire appris sur le tas.)crépitements des chalumeaux et plus assourdissant, sur la plaque ,le martelage des pièces formées à chaud.Cinq-cent ouvriers ,techniciens et ingénieurs s'activaient à la fabrication(en réalité blocs et panneaux préfabriqués )d'éléments de coque pour assemblage au bassin(on ne parlait pas encore de jumboisation).Tu regrettais déjà,sous le poids d'une hiérarchie trop lourde,trop protocolaire et souvent méprisante, d'avoir quitté le collège pour un apprentissage que tu jugeais émancipateur.

Comment pourrais tu  tracer ton erre sur un océan d'incertitudes, petite coquille de noix?)

Tandis que je dérivais au gré de la dépression encore sous-jacente,ta venue me réveilla.Ton sourire ,ta bonne humeur et ta beauté enfantine me rappelèrent à la vie.Tu fus mon enfant médicament,je suivais tes premiers pas comme on suit une piste au trésor et ton énergie me soulageait des maux qui me bouffaient la tête et les tripes.Sans doute m'as tu sauvé d'une schizophrénie induite par tant de combats .Tes perles  plus colorées les unes que les autres ensoleillaient  les plus sombres jours de pluie.Tu n'avais pas trois ans, déjà ta verve et ton aplomb charmaient petits et grands.Tu aurais pu allumer des feux de bengale ou chanter un air d'opéra,rien venant de toi ne nous surprenait plus,tant la magie t'habitait. Quel cadeau ,enfant de l'amour et du hasard ,mon amour tu fus, tu es et tu resteras, mon fils.Si je te dédie ces mots aujourd'hui ,c'est que je sens poindre chez toi une envie de paternité.Trouveras-tu celle qui saura te donner la réplique ?

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo - dans brocante des mots
commenter cet article

commentaires

Katia 23/12/2012 21:58

Ce texte est très touchant papa, bisous!

gilbertilo 23/12/2012 22:15



Merci Katia.La vie n'est pas toujours facile mais on s'accroche et on continue son chemin.



Pierrette Richard 28/07/2012 10:14

"Un père n'est pas celui qui donne la vie, ce serait trop facile, un père, c'est celui qui donne l'amour" Denis Lord

gilbertilo 28/07/2012 10:24



Oui bien sûr.



Punch-frappe 10/07/2012 14:30

Oui, j'ai une fille. J'ai décri la relation que nous avons toutes deux dans l'un de mes textes " Un amour infini" de" Patchwork de vies".

Bises et bonne journée

Punch-frappe 08/07/2012 18:00

La réplique duplicative de tes envies et de tes rêves, sous la forme charnelle d'un petit être charmeur, comme tu le fus toi-même naguère...mon fils.

Nous commettons bien des erreurs, sauf... nos enfants.

gilbertilo 10/07/2012 13:46



Je ne me suis guère projeté dans mes enfants,ni mes envies ni mes rêves .Leurs différences ou leurs traits communs m'ont tour à tour fait rire ou émerveillé ,mais toujours pour ce qu'ils étaient
,pas pour alimenter mon égo.Vivre et laisser vivre,existe t(il une plus belle devise?Mais ces enfants nous causent parfois bien des soucis sinon des problèmes,j'en ai éludé aucun et dieu sait si
l'éducation n'est pas chose aisée.Bisous Chantal.As tu toi-même des enfants chéris?



Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou