30 mai 2017 2 30 /05 /mai /2017 21:00

Deux crêpes tout juste cuites et froides de surcroît ,deux cafés ;vingt euros !Non ,je te jure, ils sucrent bien les fraises !Touriste quand on te tient...Il y a belle lurette que je ne m'émeus plus des notes prohibitives;vexé que je fus dans un café parisien où j'avais invité mon frère à boire une bière (c'était en 78).Le jeune homme que j'étais interrogea le barman sur la note plus que ronde."Vous sortez  de votre ferme"? rétorqua t-il  .

 

 

Petit brestois venu pour la première fois dans la capitale ,non pas pour le tourisme ,mais pour un entretien à l'ambassade d'Australie quelque part près de la gare St Lazare dans une avenue dont le nom m'échappe.Ma femme ,notre bébé et moi fûmes introduits dans un bureau.Le ton fut donné lorsque que  mon interlocuteur suggéra,mon fils manifestant bruyamment son ennui, de le faire sortir .Une série de questions professionnelles auxquelles succédèrent des informations sur les conditions d'accueil eurent vite fait de me faire réfléchir,quitter une situation somme toute stable et pas si mal rémunérée  pour un avenir plus qu'incertain dans un pays dont les représentants ici présents me semblaient sinon hostiles ,du moins sévères et inquisiteurs .Un contrat en poche et tout irait bien ...me disais-je avec optimisme(les billets d'avion seraient payés) ou une entrée sur le territoire à la recherche d'un emploi et là pas de cadeau;un mois dans une baraque dédiée aux migrants,le temps de décrocher un boulot,sinon retour au pays d'origine avec à mes frais  les billets aller et retour . Je songeais soudain à la condition des  immigrés dans notre belle France .Rencontraient-ils les mêmes difficultés à faire leur place au soleil .Le constat fut sans appel !L'exotisme c'est bien pour les touristes.Se retrouver aux antipodes ,et pas seulement géographiques  ...Tant qu'à marcher sur la tête autant le faire chez soi .Faire le pitre j'ai toujours aimé cela,mais devenir une bête de foire ,jamais . C'était le rêve de son mari m'avait dit ma mère;partir travailler en Australie .Les rêves de mon père suite à un accident de la route devinrent des délires .Fracture du rocher m'avait-elle dit ,sans plus d'explications .Mais jamais il ne foula cette terre tant désirée.Ce travailleur infatigable marqué du sceau d'un funeste atavisme repose dans le terreau qui le vit naître.

 

 

Je me suis depuis un peu décrotté,je règle sans broncher,même si parfois j'ai l'impression d'être plus racketté que réellement servi.

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou