10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 20:52

"T'as eu des mots avec Jégo?T'as eu raison c'est un con ".Ainsi vient de s'exprimer Bébert Le Flemm mon prof de techno,dessin industriel.Le Flemm c'est comme on dit une nature,un bon mètre quatre-vingt dix,le quintal allègrement porté,des pognes de bûcheron et la carrure associée,bref un type à qui on ne la fait ni à l'endroit ni à l'envers .Certes un peu vouté ,mais le gaillard tiendrait en respect n'importe quel loubard velléitère et ne se prive pas de nous le faire savoir .Ainsi nous narra t-il comment un de ses anciens élèves ,peut-être aviné lui ayant lancé un amical:"salut Bébert", se trouva en fâcheuse posture dans le port d'Argenton ."Monsieur Le Flemm", lui avait-il remit dans les dents en le projetant par dessus le muret de granit .Bon pour être honnête je n'écoute pas toutes ses histoires avec la même acuité.Moi j'ai toujours pris du recul avec ces types trop authentiques pour être vraiment dangereux.Il m'attendrit presque, moi le moineau un petit mètre soixante dix (j'avais bientôt 16 ans,croissance tardive)et 60 kgs, tout mouillé,selon son expression.Avec sa blouse de coton gris,croisée à l'ancienne,fermée par une fine ceinture à boucle,ses mocassins élargis par des "péniches"de géant ,la casquette vissée sur sa caboche déplumée et surtout ses lunettes à double foyer,je lui trouve un air de gros nounours et j'ai vite fait de me le mettre dans la poche.(il est vrai que je suis  un élève attentif...à ses cours).Cette"brute épaisse" a pour nous une qualité essentielle;il ne nous traite pas comme des branleurs,mais des hommes en devenir et le rôle qu'il prend au sérieux malgré toutes ses entorses à la pédagogie classique,fédère les quinze apprentis que nous sommes .Un contrat tacite nous lie à lui .Quand vers 10 h ou 15 h30 il nous dit ,:"je vais changer d'eau au poisson".Nous traduisons par :"je vais m'en jeter un derrière la cravate".Personne parmi nous ne trouve à redire.Cela nous ferait plutôt rigoler.De son côté il nous lâche la bride.Certaines fois la dose est dépassée et la langue déliée .Notre conscience politique s'esquisse à peine et l'entendre nous dire :"ne vous laissez pas faire par des cons,revendiquez des salaires dignes de vos qualifications" etc ...nous interpelle.Mais souvent ce sont  des histoires  de potaches.Celle-ci m'est restée en mémoire :"Une actrice mexicaine arrive à l'hôtel ,hélas celui-ci est complet.Elle est fatiguée et n'imagine à cette heure tardive chercher un autre hébergement .Elle insiste donc avec conviction auprès du réceptionniste.Celui-ci timidement lui dit:"Ecoutez madame ...il y aurait éventuellement une solution.Une chambre avec un grand lit est occupée par un monsieur tout seul" ...Les deux parties ayant accepté de faire chambre commune,les voilà dans le même lit.Le lendemain matin,l'homme d'une parfaite courtoisie déclare à la dame dont il vient en tout bien tout honneur de partager la nuit :"Vous savez que c'est la première fois que je couche avec une mexicaine"."Eh bien monsieur sachez le,c'est la première fois que je couche avec un mec si con "!

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

commentaires

gilbertilo 12/04/2017 20:49

Grazié mille Luciana .

LUCIANA COPPA 12/04/2017 10:41

Ho letto ogni parola, ma mi sfugge il significato di molti periodi , e non ho ben compreso l'insieme dello scritto. PECCATO ! Gilbert, se tu scrivessi anche in inglese , sarebbe più facile per molti riuscire a capire ! Grazie comunque, sei uno SCRITTORE DI GRANDE ACUME, PERSPICACIA, SENSIBILITA', IRONIA !

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou