4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 07:24

,Klee dont Valério Toninelli ,un artiste, peintre et sculpteur mit en exergue cette déclaration:"L'art ne montre pas le visible ,mais rend visible ce qui ne l'est pas".C'est ce que j'ai pu lire.Mais n'est-ce pas la fonction même de l'allégorie ?Peut-être me trompe-je ...il me semble que la peinture abstraite est une évidente confiscation de l'image !Le négatif ayant horreur de la lumière,il nécessite tout un travestissement ,qui poussé au paroxysme fini par susciter le doute sur la démarche artistique et la supercherie est vite évoquée chez de nombreux profanes .Avant de mettre l'art en question ,je mettrais l'artiste(peintre,plasticien ) lui-même sur la sellette ...sensible ,libertaire ,écorché vif ...cela suffit-il à faire de son petit monde un univers d'émotions transmissibles ?Si l'homme rencontre l'art comme il rencontre Dieu alors ...laissons les succès apocryphes pendre dans les galeries mercantiles .Matisse ...J'interroge Andi (bien que mon savoir ne soit pas vraiment beaucoup plus grand que le sien) sur les noms qu'éventuellement il connaîtrait .Cela l'ennui .Je déniche un ouvrage qui me semble indiqué pour susciter la curiosité de Lorens le plus jeune :Le Douanier Rousseau .Je feuillette les pages glacées avec la certitude qu'il aimera la peinture naïve du grand Henri .L'innocence de l'un rencontrerait celle de l'autre .Pfff...Son aîné a jeté son dévolu sur un bouquin relatant la résistance des Sioux.Tous deux installés confortablement sur un fauteuil de cuir se disputent la prise en main de l'ouvrage.La hiérarchie se respecte ,mais le petit "l'aide" à tourner les pages et je dois intervenir afin que cela ne tourne pas au massacre de "Little Bighorn".Quelques photos ,une carte nous les situant (Dakota du sud)C'est avec sur la couverte un nom connu :Jim Harrison(dont j'avais lu après avoir entendu Nathalie Baye en parler(oui cela paraît étrange),le roman :Dalva.) voila tout ce que je verrais de ce livre sûrement à découvrir .Me mettant à la recherche de  ma lectrice,je fais un crochet vers l'incontournable "kiosque" des poètes.Un homme recherche des recueils ayant pour thème la mer .Le jeune homme en charge(mais en est-ce vraiment une?)de ces petits trésors l'informe qu'il n'y en a pas .Je balaie du regard la table où les squelettiques(et oui ,les peintres et autres photographes vivent dans l'opulence;grand format,et pesant d'ors,tandis que les poètes sont édités en portions congrues et trop modestes.Mais il vrai qu'il est difficile de poser un pavé sur son cœur,alors en porte feuilles ces recueils trouvent naturellement leur place) ouvrages attendant qu'une main  les enveloppe."un enterrement dans l'île "tel est le titre pour le moins intrigant de celui qui m'a accroché l'œil.Les premières lignes lues me font rire(ce qui est rare dans un poème ).Je lis maintenant à l'intérieur de la jaquette  la petite présentation de l'auteur et m'aventure plus avant dans la lecture...je ne ris plus ,je suis conquis .Je n'ai pas le choix,je n'ai plus le choix,ce petit livre s'impose ou plutôt non je l'adopte .Déjà je le câline .

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou