8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 19:41

Et tandis que je file mes lignes dans une gouleyante nostalgie,je jette un œil sur les siennes,bouquet aux fragrances rares .Ah si çà continue je vais faire une overdose,cette fameuse dose de trop qui en fait un poison.

Dehors une nouvelle rose vient d'éclater,tout d'abord j'avais cru à un papier volant,qui sait une liste de course,un billet doux ...échappés d'un cloaque,poubelle secouée dans une benne à ordure ?Puis tandis que je balayais du regard la rue calme,une nouvelle rafale de pétales m'accrochait l'œil .J'ai suspendu mon pianotage,me suis mis à la fenêtre;les dernières roses ont succombé aux assauts du vent d'ouest.Novembre à pris ses quartiers d'hiver .

Il faut que je raccroche les wagons,que je retrouve mon itinéraire buissonnier .C'est là que je me suis construit à travers les champs et les bois .Tout était à apprendre sans intermédiaire,sans compte à rendre ,sans regard suspendu par dessus l'épaule.J'ai pataugé dans les prairies ,surpris la grenouille ,dérangé ,la salamandre ou l'orvet ,fait fuir le merle et le geai .Et puis je le confesse fait fumer le crapaud et écrasé sans indulgence l'escargot sourd à mes demandes ;"escargot ouvre tes cornes ou je te tue"!J'ai sans vergogne plié le noisetier ,taillé le si odorant troène,et fauché la fougère aigle souvent plus haute que moi,pour une éphémère cabane .J'ai tracé des chemins dans les ronciers,mollets et avant bras griffés,j'ai escaladé de vénérables chênes,me suis rétamé,cassé un bras ,une jambe et bien cogné ma tête de bois . Oui j'ai connu cette liberté de mouvement,dont j'usais et abusais en toute innocence,avec pour seules limites la fatigue et l'amour inconditionnel pour ma mère;liberté si commune dans ces années là,bien avant cette surenchère sécuritaire ;il y avait bien eu un chauffeur de taxi assassiné par un marin sans doute aviné ,la-bas,à la Villeneuve et un enfant en bas âge disparu,dont on avait supposé qu'il fit le repas d'un verrat jaloux (cela fait partie des légendes colportées dans les campagnes),mais cela n'entamait pas cette hardiesse qu'ont les enfants fugueurs . 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou