14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 14:45

Muni de mon kit d'injection j'emprunte le couloir blanc et froid qui conduit au sous-sol ou se situe la médecine nucléaire du CHU Brestois .Il est 7h45,une dame âgée patiente déjà avec celle qui me semble être sa fille,puis des ambulanciers dont la priorité de passage est affichée sur un mur poussent un vieillard sur un brancard.Une jeune femme se présente devant la porte et lâche un:"merde c'est fermé"et s'en retourne alertement .8H et quelques minutes ,la porte s'ouvre,un type sensiblement plus pressé que tout le monde nous brûle la politesse.Dans ce corridor la chronologie m'importe peu ,depuis quelques semaines la notion de temps m'est devenue toute relative .Je m'annonce à la secrétaire et m'assieds attendant mon tour .Nom de dieu il faut venir ici pour réaliser à quel point il y a de victimes potentielles de ce fléau ,aléatoire disait un professeur de médecine .(la faute à "pas de chance")Mouais,sauf que ...J'ai toujours été l'ennemi juré du hasard .Qu'il n'y a pas de fumée sans feu et que la relation de cause à effet constitue une base de réflexion sérieuse.Je me souviens justement de ces réflexions d'un autre genre,celles dont nous étions régulièrement abreuvés à la médecine dite de prévention.Quel que soit le mal dont nous souffrions ;il se trouvait toujours un champion de la mauvaise foi pour poser un diagnostic en rapport avec notre hygiène de vie ;qui fumait se trouvait forcément accablé de reproches,invoquait-il les atmosphères insalubres,la fumée de soudage ou les particules en suspension dans l'air que l'on incriminait toujours sa trop forte consommation de tabac.Celui qu'un collègue appelait affectueusement "le vampire"(un infirmier qui me semblait pourtant vivre une idylle passionnée avec la dive bouteille)sans dire qu'il fut le parangon des "botteurs en touche"n'en était pas moins un défenseur émérite de la non responsabilité des conditions de travail et de la parfaite ignorance de l'encadrement .Deux sujets principaux dont je n'occulterais pas la réalité alimentaient la quasi totalité des consultations ."Quelle est votre consommation d'alcool...et bien sûr le nombre de cigarettes grillées (on ne parlait encore de "tabac rigolo"(cannabis),mais il devint lui aussi un élément constitutif de la déchéance ouvrière).Vinrent les réunions d'information,la transparence,au cours desquelles nous furent exposés les dangers potentiels et assénés les moyens d'y faire face.En gros :"tu connais les risques et les parades,si malgré tout tu es victime c'est pour ta pomme".

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou