30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 22:43

Coucou revoilà l'infirmière pleine d'autorité et de malice qui m'accueillit à mon entrée mercredi dernier."Alors monsieur l'h...comment allez vous"?

"Bien,mais j'aimerais savoir quand vous me débarrassez de ce dispositif "?.J'en ai franchement marre de ces tuyaux"!"Le Dr Sa...m'a donné le feu vert pour une sortie lundi après midi ".

"Avant de retirer le drain (il pend à l'extérieur de mon pectoral droit)il ne faut plus de trace de sang dans le bocal".Je ne veux pas trépigner devant elle,mais ma patience est proche de la rupture.Un premier pas vers un soulagement total,elle retire le tuyau d'oxygène qui m'obstrue partiellement les narines ."Pour le reste je vois avec le chirurgien"me dit-elle.Passe l'après midi,vers six heures alors que ma femme et ma fille me tiennent compagnie,elle entre . Eh bien voilà nous y sommes,la délivrance tant attendue va être pratiquée.Je dis bien pratiquée car la suite va me ravir ."Mesdames si vous voulez bien sortir s'il vous plaît ".Quand elle me dit :"j'aurai besoin de l'aide de ma collègue",je ne m'inquiète pas plus que çà.La collègue tarde ,j'aimerais qu'elle s'active un peu.Enfin la voilà.

"Respirez un bon coup"me dit la petite marrante.A quatre mains, en un temps qui me paraît une éternité elles extraient,non sans que je râle un peu,une longueur que je n'aurais su imaginer.Ouf ...je respire de soulagement ,mais bonjour la délicatesse.Celle qui dirige la manœuvre m'informe que la plaie est trop large et nécessite la pose d'agrafes.Oh nooooon .S'adressant à sa collègue!"Il aurait pu faire une ouverture plus petite"dit-elle à propos du chirurgien .

"Il n'a pas du pouvoir faire autrement "lui réplique t-elle(çà sent l'allégeance au patron).

"D'habitude c'est moins large insiste la première .

Elles s'éclipsent quelques instants et reviennent avec le matériel adéquat.

"Deux trois agrafes ...et c'est fini "me dit avec aplomb la "maîtresse"de cérémonie.

A la première je suis renseigné sur la douleur,avant la deuxième j'appréhende déjà,et à la troisième je pousse un aaaah de réprobation .

"Bon on va vous donner un comprimé de morphine".Gentille attention ,je ne suis pas un veau tout de même.L'infirmière appelée à l'aide fait l'aller retour et me donne à sucer une pastille .Sans attendre le supplice reprend émaillé de ah et de han.Une ,deux ,trois ...

"Oh vous n'allez pas vous évanouir"!

"Non ,non "

La sueur à mon front comme un vin de vigueur...

Sept ,huit, neuf ...finalement treize agrafes viennent rapprocher les lèvres des trois plaies me marquant le flanc droit.

"Faisons une pose"me dit ma gentille "tortionnaire".

Son aide s'en va .Après ce morceau de bravoure,reste à retirer la sonde urinaire .Là encore la jouissance est intense.La sortie en plusieurs temps m'indique le degré d'intrusion de ce maudit tuyau et la brûlure que m'inflige son retrait est à la mesure de la première .Tandis que mon pénis endolori et sanguinolent déclasse déjà ma virilité,sans complexe, mater dolorosa me dit :"je vais vous chercher une couche".Sitôt dit, sitôt fait ,me voilà en pleine régression .

"Bon maintenant que vous m'avez dévoilé votre intimité,nous n'allons pas faire de manières"me dit-elle me lançant un clin d'œil.Puis pour enfoncer le clou elle me parle de ma "petite bedaine".(il est vrai que je suis relâché de puis l'opération).Devant mon air contrit elle se rattrape "J'en parle sans complexe.j'en ai une moi aussi" . Oh là mon pauvre Gilbert tu en prends une claque coco .Cinq jours dans cette cage et te voilà transformé en "vilain petit canard".Bon tu ne vas pas jouer les Caliméro!Mais merde ...ma dignité en prend un sérieux coup !Vivement demain que je m'arrache!

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou