12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 21:42

Je l'appellerais Frida, Mme B ,secrétaire administrative de son état ."Je te connais" lui dis-je "ton mari aussi ".Elle paraît surprise .Nous échangeons quelques fariboles puis nous évoquons les frasques d'un de ses beaux frères que j'ai bien connu jadis."L'homme au chapeau "péjorativement nommé ainsi par mon beau père alors qu'il fréquentait ma sœur.Un joyeux luron devenu triste sire à force de fréquentation abusive de la dive bouteille .Son funeste sort ,victime comme tant d'autres d'une infection nosocomiale .Atchoum ,atchoum ... les éternuements à répétition me secouent .Heureusement que le médecin de prévention est passé pour valider le poste .En effet je souffre depuis bientôt vingt ans d'une affection respiratoire ,pour être précis une bronchite chronique.Je n'ai cessé d'évoquer depuis le début de ma disgrâce un certificat médical stipulant la non exposition aux poussières et particules en tous genres .Une fatigue ,un essoufflement anormaux m'avaient conduit en mille neuf cent quatre vingt dix huit suite à un refus de travail(je ne connaissais pas le droit de retrait)et dans le but de m'assurer un droit opposable,dans le cabinet d'un pneumologue.Le diagnostic ,après une prise de sang ,fut rapidement établi ."Je comprends que vous soyez fatigué,avec un taux d'oxygène aussi bas "me lança t-il.Tests respiratoire obligatoires!Capacité réduite de quarante pour cent .Nous échangeons librement ,mais un de ses propos, si ce n'est pas un comble pour un pneumologue me coupe le souffle ."A l'Arsenal vous faites une psychose avec l'amiante".Il fallait oser !Courrier à mon médecin traitant ,certificat médical pour la médecine de prévention de mon entreprise et traitement adéquat .Entretien avec le conseiller du travail ,à qui semble t-il des consignes ont été données car il me trouve avec une relative facilité un poste qui pourrait me convenir .Un rendez vous est fixé.Après un mois de désœuvrement au minuscule atelier du poste 8 qui m'offrit pourtant les plus belles heures de ma carrière et une gifle(elle ne m'avait pas habitué à ce genre de réflexion) de la très gentille Isabelle notre chef de travaux ."Tu nous coûte cher Gilbert".Ainsi tout le travail fourni,en temps, en heure et en qualité ne valait plus .Seule la maîtrise comptable, depuis la mise en place de cette fameuse turbo-qualité, importait .Un certain formulaire de sondage avait circulé ,je me souviens encore de cette question assez évocatrice:"l'organisation actuelle ,n'est-elle pas sclérosante"?Ils n'ont pas attendu la réponse ,elle était dans la question .Et ils n'ont eu de cesse de nous faire danser !

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou