14 mars 2014 5 14 /03 /mars /2014 22:02

"Bretagne charme nous" tel est le titre racoleur de ce groupe cosmopolite et monotone comme le sont,je le constaterai plus tard, tous les modèles du genre.En une rafale je vide le magasin.Des chapelets de "j'aime" me grisent.Patatras!!Recadré le photographe,une mise au point des conditions de participation me sont signifiées."Gil....Si tout le monde faisait comme vous" etc..."Quel crime de lèse majesté ai-je donc commis?Mes clichés pas "clichés" pour deux ronds étaient plus un tremplin pour mes textes qu'un pilonnage de pixels agressifs" ."D'autre part je mesure les "j'aime "qui participent non pas de la fulgurance d'esprit ,mais bien d'un réflexe quasi conditionné ,la "génuflexion" frénétique de l'index"!!Gymnastique articulée entre les ronds de jambes dégoulinants de bons sentiments et la toute puissance juvénile.De la candeur à la méchanceté il n'y a qu'un pas et le net est un vecteur tellement fascinant.Ici c'est un cercle feutré,la moquette est épaisse et les clubs confortables , on ne s'exclame pas,tout se dit à demi-mots et encore se clique serait plus juste.Trois lignes c'est déjà du roman. Alors imagine......Tu débarques avec ta purge,ton mea culpa (aveu de déni de ta langue ancestrale)dédié à ce poète breton (Xavier Grall)qui repose en paix(un peu trop d'ailleurs).Il faudrait que l'on remue ses cendres,que l'on ravive ses veines .Tu fais chier, déranger les gens comme çà avec tes gros mots.Se libérer des petits soucis quotidiens tel est leur simple désir.Réfléchir à quoi ,pour l'instant le seul sujet qui vaille, c'est cette putain de tempête qui lessive le littoral.Une,deux ,trois ,cent fois capturée par les écumeurs de la toile le nez au hublot.A qui la plus longue ,la plus haute,la plus meurtrière des lames .Des gamins te dis-je.Et encore une photo à la couic ,genre Béa l'administratrice qui trempe(à la mi-novembre nous dit-elle) , la robe retroussée jusqu'au genoux .Puis ce débris d'épave coincé dans les rochers, savamment mis en scène par la même exhibitionniste.Sur cette ferraille qui en offusque bon nombre,j'essaie de rebondir sans me casser les dents.Un disciple des poètes disparates,peut-être transfuge de la "Royale",n'ayant semble t-il pas apprécié le halo mis sur les tonnes d'acier sabordées ou simplement délestées sur ordre par des "maries salopes",me gratifie d'un trait de plume gouailleur."J'en parlerai à "flamby"m'écrit-il.

Je feins l'incompréhension."Mais si" me rétorque t-il,"après le président camembert.......Le flamby".

"Ah vous voulez parler de "Dum dum"sans doute"."Oui une vrai balle ce mec".Bon c'est pas que je m'emmerde mais................Le poète,le vrai a écrit cette chose dont l'évidence soudain me crève les yeux:"l'ennui naquit un jour de l'uniformité".Je poste donc une photo de Bérat (Albanie)accompagnée du vers qui précède.Quelques aventuriers se mouillent,à ma suite franchissent le rubicon, et Béa me débarque.

Partager cet article

Repost 0
Published by gilbertilo
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • Zef et Yannick ,le blog de gilbertilo ,Brest
  • : le serpent qui se mord la queue.actualité, poésie,tranche de vie,humour,et sarcasmes
  • Contact

Recherche

Mamalilou